Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

18 juillet 2013

Israël. Les démolitions de maisons de Bédouins dans le désert du Néguev doivent cesser immédiatement

Israël doit mettre un terme immédiatement à toutes les démolitions de maisons de Bédouins arabes dans les villages du Néguev/Naqab que le gouvernement refuse de reconnaître officiellement, a déclaré Amnesty International après avoir appris que le village d'Al Araqib avait une nouvelle fois été rasé par l'administration des domaines.

« Les autorités israéliennes doivent arrêter les démolitions dans ces villages et adopter une ligne de conduite radicalement différente, une ligne de conduite ayant pour objectif de garantir à tous les citoyens le droit à un logement convenable, a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Le plan Prawer-Begin élaboré par Israël entraînerait l'expulsion forcée de dizaines de milliers de Bédouins arabes détenteurs de la nationalité israélienne. Ce plan est foncièrement discriminatoire. Il est contraire aux obligations internationales d'Israël et ne peut être accepté, en aucune circonstance. »

Accompagnés de plus de 60 véhicules transportant un grand nombre de policiers lourdement armés, des bulldozers de l'Administration des domaines d'Israël sont arrivés à Al Araqib tôt le matin du 16 juillet et ont commencé à détruire 15 cabanes. Les lieux ont été rasés et 22 familles ont été jetées hors de chez elles.

Ce village, dont les habitants font valoir depuis longtemps la propriété des terres, n'a jamais été reconnu officiellement par les autorités israéliennes. Il a été démoli à plus de 50 reprises au cours des trois dernières années. À chaque fois les habitants se sont efforcés de reconstruire leur maison et ont rebâti sur place tant bien que mal une habitation de fortune.

« Nous avons le droit de demeurer ici, déclare Aziz al Turi, un habitant du village ; nous luttons depuis des générations et nous n'allons pas en rester là. Nos grands-parents sont enterrés sur cette terre. Nous allons continuer à reconstruire et à manifester pour défendre notre droit de vivre ici. »

La dernière démolition en date est intervenue au lendemain de manifestations de masse qui, un peu partout en Israël, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, ont rassemblé des personnes qui entendaient protester contre le projet de « Loi relative à la régularisation des habitations bédouines dans le Néguev ». Ce texte prévoit l'expulsion forcée de plus de 30 000 habitants de 35 villages bédouins « non reconnus » du désert du Néguev. Dans certaines villes, notamment Beersheva et Sakhnin, la police israélienne a eu recours à une force excessive contre les manifestants qui exprimaient pacifiquement leur opposition au plan.

Toute construction dans ces villages est considérée comme illégale par les autorités israéliennes ; les 70 000 personnes qui y vivent sont privées des services essentiels, notamment l'eau et l'électricité.

Amnesty International demande instamment aux autorités israéliennes de renoncer au projet de loi, qui risque de donner lieu à une forte hausse des démolitions de maisons dans ces localités. Bien que le texte n'ait été adopté qu'en première lecture à la Knesset (Parlement), l'Administration des domaines d'Israël procède régulièrement, sans être inquiétée, à des démolitions d'habitations et d'autres bâtiments dans les villages bédouins non reconnus. Plus de 120 maisons et autres constructions ont été détruites dans ces villages au cours des cinq derniers mois.

« Les démolitions menées de manière répétée à Al Araqib et dans d'autres villages montrent que le plan Prawer-Begin est d'ores et déjà mis en œuvre, alors même que le projet de loi n'a pas été adopté définitivement et que les populations concernées n'ont toujours pas été consultées en bonne et due forme, a déclaré Philip Luther.

« Le plan Prawer-Begin est discriminatoire car il ne garantit pas aux Bédouins arabes la même protection qu'aux autres citoyens israéliens en ce qui concerne le droit à la terre et le droit au logement. La communauté internationale doit faire pression sur le gouvernement israélien pour obtenir qu'il respecte ses obligations relatives aux droits humains à l'intérieur de ses frontières comme dans les territoires palestiniens occupés.

Complément d'information

Manifestations du 15 juillet et réaction des autorités

– Des manifestations contre le plan Prawer-Begin et le projet de loi des autorités israéliennes ont eu lieu le 15 juillet dans plusieurs localités palestiniennes d'Israël ainsi que dans les territoires palestiniens occupés. Le Haut Comité de suivi des Arabes d'Israël a en outre lancé un appel à la grève générale.

– Les forces de sécurité et la police israéliennes ont fait usage d'une force excessive contre les manifestants à Beersheva et Sakhnin ; le gouvernement de facto du Hamas a empêché des jeunes militants de tenir une manifestation à Gaza-Ville et l'Autorité palestinienne a empêché des protestataires de marcher depuis Ramallah jusqu'à la colonie israélienne illégale de Beit El.

– À Beersheva, la plus grande ville de la région du Néguev, dans le sud d'Israël, les forces de la police et de la police spéciale d'Israël ont arrêté 14 manifestants, parmi lesquels se trouvaient deux femmes et deux enfants. Des délégués d'Amnesty International ont observé le déroulement de la manifestation. Les participants étaient pacifiques, mais la police montée israélienne a chargé la foule et a eu recours à la force au moment des arrestations. Les protestataires ont été inculpés de voies de fait sur un fonctionnaire de police.

– À Sakhnin, dans le nord d'Israël, les forces israéliennes ont arrêté 14 manifestants, dont trois femmes et un enfant. L'une des femmes interpellées est Fathiya Hussein, une militante des droits humains qui travaille à Adalah, le Centre juridique pour les droits de la minorité arabe d'Israël. Les policiers montés israéliens ont chargé les manifestants, aspergé du gaz lacrymogène et tiré des balles à bout en mousse.

– À Jérusalem-Est (territoires occupés), les forces israéliennes ont arrêté au moins 10 manifestants, dont plusieurs enfants. Une douzaine de protestataires ont été blessés lorsque les forces israéliennes – dont des hommes en civil – ont attaqué la foule où se trouvaient des contestataires et de simples passants.

Pour en savoir davantage sur la « Loi relative à la régularisation des habitations bédouines dans le Néguev », voir :
Amnesty International, Israel: Knesset urged not to pass law that would forcibly evict tens of thousands of Negev/Naqab Bedouin, 20 avril 2013
http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE15/008/2013/en

Index AI : PRE01/356/2013
Région ou pays Moyen-Orient et Afrique du Nord
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress