Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

5 mars 2013

Maldives. L’arrestation de l’ancien président est un exemple de «justice sélective»

L’arrestation de l’ancien président, Mohamed Nasheed, est un exemple de justice sélective de la part des autorités maldiviennes et met en évidence leur manquement à l’obligation d’enquêter sur d’autres violations graves des droits humains dans le pays, a déclaré Amnesty International.

Mohamed Nasheed, qui a quitté ses fonctions de président en février 2012 dans des circonstances controversées, a été arrêté mardi 5 mars à Malé, la capitale des Maldives.

Il est accusé d’avoir ordonné l’arrestation illégale d’un juge lorsqu’il était au pouvoir, et doit comparaître mercredi 6 mars pour « arrestation illégale d’une personne innocente » en vertu du droit maldivien.

« Il est entendu que les dirigeants politiques, dont Mohamed Nasheed, doivent être tenus de rendre des comptes – mais le fait de prendre cet homme pour cible est un exemple de justice sélective », a expliqué Abbas Faiz, spécialiste des Maldives à Amnesty International.

« Amnesty International et de nombreuses autres organisations ont relevé tout un éventail de violations des droits humains commises par les forces de sécurité à la suite de la démission de Mohamed Nasheed. Il a notamment été constaté que des manifestants pacifiques avaient été victimes de violences policières et que les sympathisants de l’ancien président étaient délibérément pris pour cibles.

« Personne n’a encore eu à rendre de comptes pour ces violations malgré l’existence d’une énorme quantité de preuves documentaires. Les autorités maldiviennes doivent mener une enquête approfondie sur les violations présumées imputées à tous les camps et non pas seulement prendre pour cible les opposants politiques.

« L’ancien président Maumoon Abdul Gayoom (1978-2008) n’a jamais fait l’objet d’enquêtes ni eu de comptes à rendre pour les violations qui auraient été commises lorsqu’il était au pouvoir. Il faut établir les responsabilités de l’ensemble des dirigeants, par le biais de procédures équitables. »

Index AI : PRE01/107/2013
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress