Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

25 mars 2013

Nations unies. Les États doivent de toute urgence combler les graves lacunes du projet de traité sur le commerce des armes

De graves lacunes dans la nouvelle version du projet de traité sur le commerce des armes font que ce traité n’empêcherait pas les transferts d’armes vers des pays où elles risquent d’être utilisées pour commettre ou faciliter des exécutions sommaires et arbitraires, des actes de torture et des disparitions forcées, a déclaré Amnesty International lundi 25 mars 2013.

Après analyse d’une nouvelle version du projet de traité diffusée vendredi 22 mars dans la soirée, l’organisation a également conclu que cette version n’était pas satisfaisante dans d’autres domaines, notamment en ce qui concerne les obligations des États en matière de rapports publics sur leurs transferts d’armes, ainsi que les amendements ultérieurs pouvant être apportés au traité.

Les États membres des Nations unies doivent parvenir à un consensus et adopter la version définitive du traité jeudi 28 mars au plus tard.

« L’échéance approche à grands pas pour les diplomates, qui doivent adopter des règles satisfaisantes visant à empêcher les homicides illégaux, les graves violations et la dévastation provoqués par le commerce irresponsable des armes à travers le monde. Il faut sonner l’alarme auprès des gouvernements afin qu’ils demandent à leurs diplomates de combler ces graves lacunes dans le projet de traité », a déclaré Brian Wood, responsable du programme Contrôle des armes et droits humains à Amnesty International.

« En grande partie grâce au travail de campagne mené depuis des années par Amnesty International et ses partenaires, plusieurs améliorations positives ont été apportées à ce texte afin de garantir que les transferts d’armes alimentant les génocides, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre deviennent une ligne rouge infranchissable pour les États.

« Toutefois, il serait inadmissible d’autoriser les États à transférer des armes lorsqu’ils savent pertinemment que ces armes vont servir à commettre des actes abominables, au seul motif que ces actes ne sont pas commis dans le cadre d’un conflit armé ni d’une attaque généralisée ou systématique contre une population civile. »

Dans sa version actuelle, le traité interdirait la livraison d’armes aux pays dont on sait qu’ils vont les utiliser pour commettre des crimes de guerre, des génocides et des crimes contre l’humanité. En revanche, il n’interdirait pas les transferts d’armes risquant de favoriser des exécutions sommaires ou arbitraires, des disparitions forcées ou des actes de torture commis en dehors d’un conflit ou d’une attaque généralisée ou systématique contre une population civile.

En outre, ce projet de traité autoriserait les États à réaliser des transferts d’armes même lorsqu’il existe un risque réel que celles-ci soient utilisées pour commettre des crimes de guerre ou des violations flagrantes des droits humains – du moment que l’État fournisseur aura estimé que les transferts en question contribueront à la paix et à la sécurité.

Selon le Comité des droits de l’homme des Nations unies et le droit international, les États ont déjà l’obligation suprême d’empêcher les guerres et les crimes contre l’humanité, et ne doivent pas rester simplement à attendre qu’ils se produisent. Ils doivent prendre des mesures pour mettre un terme aux violations des droits humains les plus graves, qui entraînent cette violence et ces atrocités.

Depuis presque 20 ans, Amnesty International fait pression en faveur d’un traité sur le commerce des armes fondé sur une règle d’or – qui impose aux États d’évaluer toute proposition de transfert afin de déterminer s’il existe un risque substantiel que les armes en question soient utilisées pour commettre ou faciliter de graves violations des droits humains, et de ne pas autoriser le transfert dès lors qu’un tel risque existe.

Autoriser des transferts d’armes dans de telles circonstances porte non seulement atteinte aux droits humains et à l’état de droit, mais a aussi des effets dévastateurs sur la paix, la sécurité humaine et le développement.
Amnesty International a démontré les ravages durables que peuvent provoquer les actes de violence persistants – par exemple au Bangladesh, où une branche spéciale des forces de sécurité, le Bataillon d’action rapide (RAB), se rend couramment coupable d’homicides, de torture et de disparitions ; aux Philippines, où des milices privées procèdent à des massacres de civils, comme celui de 60 personnes à Maguindinao en novembre 2009 ; en Guinée, où plus de 150 manifestants non armés ont été massacrés dans un stade de Conakry en septembre 2009 ; et au Guatemala, où la prolifération des armes entraîne un niveau de violence armée très élevé qui cause beaucoup de souffrance parmi la population.

« L’objectif global du traité sur le commerce des armes est de cesser d’attendre qu’il y ait des morts – de tuer la violence armée dans l’œuf et d’empêcher les graves violations des droits humains en arrêtant les transferts d’armes irresponsables qui les alimentent », a souligné Brian Wood.

« S’ils veulent que la version finale du traité soit crédible aux yeux du public et améliore la sécurité de la population dans le monde, les États membres de l’ONU doivent se mobiliser immédiatement pour parvenir à une approche plus globale, garantissant que les gouvernements n’aideront jamais les auteurs d’atteintes aux droits humains en leur donnant les moyens d’assassiner et de torturer. »

Pour télécharger une interview vidéo (en anglais) de qualité de diffusion réalisée depuis la conférence finale des Nations unies sur le traité sur le commerce des armes, cliquez ici : 
https://adam.amnesty.org/asset-bank/action/viewAsset?id=172014

Index AI : PRE01/153/2013
Région ou pays Amériques
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress