Liberté d’expression

À travers le monde, des femmes et des hommes sont harcelés, ou même emprisonnés, pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.

Toute personne a le droit de rechercher, de recevoir et de partager des informations et des idées, sans crainte et sans entrave.

Ce droit est important pour l'épanouissement personnel et la dignité de chaque individu. Il conditionne l'exercice de toute une série d’autres droits fondamentaux.  

La liberté d’expression a toujours été au centre de l’action d’Amnesty International. Elle est étroitement liée au droit d’avoir un point de vue et au droit à la liberté de pensée, d’opinion et de religion.  

Amnesty International a fait campagne pour des milliers de prisonniers d’opinion – des personnes détenues en raison de leurs convictions, notamment politiques ou religieuses, de leur appartenance ethnique, de leur sexe, de leur langue, de la couleur de leur peau, de leur origine nationale ou sociale, de leur fortune, de leur orientation sexuelle, de leur naissance ou de toute autre situation.

Amnesty International demande la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers d'opinion.

Une volonté délibérée d’étouffer les débats

Les États ont souvent invoqué, par le passé, les impératifs de la «sécurité nationale» pour justifier une politique visant à faire taire l’opposition politique et, plus généralement, les critiques. Depuis quelques années, la montée des craintes liées au terrorisme et à la sécurité a servi de prétexte à une intensification de la répression contre des individus et des groupes exerçant leur droit à la liberté d’expression.

L'adoption par la plupart des pays de la planète de lois antiterroristes plus sévères a des conséquences graves pour la liberté d’expression et un certain nombre d’autres droits fondamentaux.

De telles mesures privilégient le court terme. La franchise des débats et le respect des droits humains sont seuls capables d’offrir un cadre permettant une sécurité et un développement durables.

Le droit de défendre les droits humains: un droit à protéger

Les droits humains sont défendus par des individus, des groupes ou des organisations qui militent, par des moyens non violents, pour leur promotion et leur protection. Cette action ne peut se faire en l’absence de la liberté d’expression, qu’elle nourrit et enrichit.

Les défenseurs des droits humains peuvent, en raison de leurs activités, être à leur tour victimes de violations. Les autorités, les forces de sécurité, certains milieux d’affaires, des groupes armés, des responsables religieux et même leur propre famille et leur propre entourage peuvent vouloir les faire taire et les empêcher d’agir.

Dans de nombreux pays du monde, les défenseurs des droits humains sont victimes de menaces de mort, d’arrestations arbitraires ou d’actes de torture. Beaucoup sont tués parce qu’ils entendaient défendre les droits fondamentaux de la personne. 

Nouvelles technologies, nouveaux défis

Internet a ouvert de nouveaux horizons aux personnes et aux groupes qui sont à la recherche d’informations à partager et qui sont intéressés par les débats d’idées. Or, la Toile, nouveau territoire en devenir, est aujourd’hui un espace où la liberté d’expression est remise en question.

Que fait Amnesty International?

Amnesty International soutient et défend les personnes qui expriment ouvertement et librement leurs opinions, partout dans le monde. Une bonne partie de notre action se fait avec les hommes et les femmes qui prennent publiquement la défense des droits humains, par exemple:

  • les journalistes qui dénoncent les violations;
  • les militants associatifs qui se consacrent à l’éducation aux droits humains;
  • les syndicalistes qui défendent les droits des travailleurs;
  • les femmes qui œuvrent pour la promotion des droits en matière de procréation;
  • les écologistes qui dénoncent les conséquences de tel ou tel grand projet sur les droits à la terre des peuples indigènes.