Projet Éducation aux droits humains en Afrique

Le projet Éducation aux droits humains en Afrique d'Amnesty International, qui doit s'étendre sur quatre ans, vise à renforcer la capacité de la société civile à dispenser une éducation aux droits humains (EDH) adaptée aux conditions locales et à améliorer la situation des droits fondamentaux des plus défavorisés en donnant aux populations marginalisées le pouvoir de faire respecter leurs droits. Ce projet s'appuie sur les enseignements tirés d'une précédente initiative dans le domaine de l'EDH, menée pendant trois ans par Amnesty International en Afrique de l'Ouest.

Le projet Éducation aux droits humains en Afrique a été mis en place, au niveau des villes et des villages, dans 10 pays d'Afrique de l'Est et de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Kenya, Mali, Ouganda, Sénégal, Sierra Leone et Togo) en partenariat avec 20 organisations locales.

Ces partenaires mobilisent des éducateurs et des défenseurs des droits humains, auxquels ils dispensent une formation et fournissent des outils afin que ceux-ci puissent ensuite élaborer, mettre en œuvre et évaluer, à l'échelle de la collectivité, toute une série de projets novateurs en matière d'EDH.

Le projet Éducation aux droits humains en Afrique fait émerger une culture des droits fondamentaux au sein des populations, leur permettant ainsi d'identifier et d'aborder – au niveau local – les questions relatives à ces droits dans le cadre d'un système destiné à les protéger. Par ailleurs, il met à la disposition de ces personnes des informations qui leur font prendre conscience des liens existant entre les droits humains, leurs vies et les obligations – qui incombent aux responsables – de promouvoir et protéger ces droits. Il leur offre également la possibilité d'acquérir les compétences et les outils qui leur donneront le pouvoir d'agir afin que leurs droits se concrétisent.

Ce projet couvrira différents thèmes, parmi lesquels les droits économiques, sociaux et culturels, la torture, les peines ou traitements cruels ou dégradants, la violence faite aux femmes. En effet, ces problèmes sont considérés par les partenaires comme ceux qui se posent le plus fréquemment en matière de droits humains, mais pour lesquels il existe des perspectives d'évolution par le biais de l'éducation. Les partenaires, éducateurs et militants en faveur des droits fondamentaux qui travaillent dans les villes et les villages bénéficient du concours d'Amnesty International quant à la coordination, à la création de réseaux et au partage des compétences et des outils.

Le projet Éducation aux droits humains en Afrique est soutenu par le ministère britannique du Développement international.

Pour en savoir plus, veuillez contacter l'équipe chargée du projet EDH en Afrique.