Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens

11 novembre 2007

Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens ont été créées par les Nations unies et le gouvernement du Cambodge dans le but d’enquêter sur les crimes de génocide, les crimes contre l'humanité, les crimes de guerre et certains autres crimes au regard du droit national commis entre le 17 avril 1975 et le 6 janvier 1979, et de traduire en justice les principaux dirigeants des Khmers rouges et les personnes ayant la plus lourde responsabilité dans ces crimes.

Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens se trouvent à Phnom Penh (Cambodge).

En juin 2007, elles ont annoncé que cinq personnes faisaient l’objet d’une enquête préliminaire.

Bien qu’Amnesty International soutienne totalement le fait que des enquêtes soient menées sur ces crimes et que leurs auteurs soient poursuivis, elle a fait part, au cours du processus de création des Chambres, d’un certain nombre de sujets de préoccupation.

En particulier, elle craint que les Chambres ne s’appuient trop, pour traiter ces crimes, sur un système judiciaire national qui demeure faible et qui est toujours soumis à des pressions politiques, en particulier dans les affaires à fort retentissement médiatique.

Amnesty International fait campagne pour que les Chambres extraordinaires, les autorités nationales de Cambodge et celles des autres pays exerçant la compétence universelle fassent en sorte qu’une enquête soit menée sur tous les crimes commis dans le pays, que leurs auteurs soient poursuivis dans le respect des normes les plus strictes de justice, que la vérité soit établie et que les victimes reçoivent des réparations complètes et effectives.