Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

12 août 2011

Les bureaux d'une militante pris pour cible dans le cadre de démolitions en Azerbaïdjan

Les bureaux d'une militante pris pour cible dans le cadre de démolitions en Azerbaïdjan

Une militante azerbaïdjanaise en faveur des droits humains ayant dénoncé des démolitions illégales de maisons a vu son bureau complètement rasé dans le cadre de ce qu'Amnesty International a qualifié d'« attaque menée en représailles » par les autorités.

Cet immeuble, dont la militante Leyla Younous et son mari sont propriétaires, a été détruit par des bulldozers dans la nuit du 11 août, un jour après qu'elle eut accordé au New York Times un entretien critiquant un projet d'« embellissement » à Bakou, la capitale.

« Leyla Younous est la dernière victime en date de la série d'expulsions et de démolitions auxquelles les autorités procèdent à Bakou sans respecter les normes internationales en la matière », a déclaré Natalia Nozadze, spécialiste de l'Azerbaïdjan à Amnesty International.

« Pire encore, il semble dans le cas présent que Leyla Younous ait été prise pour cible, en représailles contre son travail en faveur des droits humains. »

Plusieurs organisations non gouvernementales locales avaient leur bureau dans l'immeuble détruit.

Celles-ci incluaient l'Institut pour la paix et la démocratie (IPD) de Leyla Younous, la Campagne azerbaïdjanaise pour l'interdiction des mines terrestres et le seul centre d'aide d'urgence aux femmes de la ville.

La démolition de ces locaux a commencé vers 20 heures, sans que Leyla Younous n'en ait été avisée. Elle s'est déroulée en dépit d'une décision de justice interdisant toute tentative de démolition de l'immeuble en question jusqu'au 13 septembre 2011, date prévue pour une audience à ce propos.

Azad Issazadeh, un employé de l'IPD, a déclaré à Amnesty International que des employés du bâtiment ont commencé, sous la supervision de policiers, à détruire l'immeuble sans aucun avertissement alors qu'il se trouvait encore à l'intérieur.

« Nous n'avons pas eu le droit de récupérer quoi que ce soit une fois que les démolisseurs ont commencé à détruire l'immeuble et à déplacer meubles et équipements. La seule chose que j'ai pu sauver était mon ordinateur portable, le reste a été détruit ou confisqué », déclaré Azad Isazadeh.

La procédure d'expulsion et la démolition concernant le bien immobilier des Younous sont les derniers actes d'intimidation en date de la part des autorités azerbaïdjanaises contre ceux qui osent braver la vague d'expulsions forcées qu'elles ont initiée.

« Les autorités doivent immédiatement mettre un terme aux expulsions forcées et à la démolition illégale de biens immobiliers privés, et veiller à ce que les personnes concernées par ces actes illégaux bénéficient de voies de recours satisfaisantes et d'une indemnisation convenable », a déclaré Natalia Nozadze.

Des centaines de résidents auraient perdu leur logement à Bakou ces dernières années dans le cadre d'un programme de « reconstruction », sans avoir été consultés ni avoir reçu d'indemnisation convenable.

Thème

Militants 
Liberté d'expression 

Pays

Azerbaïdjan 

Région ou pays

Europe et Asie centrale 

Campagnes

Exigeons la dignité 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »