Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

28 janvier 2011

Les autorités égyptiennes doivent maîtriser les forces de sécurité

Les autorités égyptiennes doivent maîtriser les forces de sécurité

Amnesty International a exhorté les autorités égyptiennes à maîtriser les forces de sécurité afin d'empêcher qu'il n'y ait de nouvelles victimes parmi les manifestants, alors que les protestations se poursuivent dans tout le pays.

Des milliers de personnes manifestent dans toute l'Égypte ces derniers jours contre la pauvreté, les violences policières et la corruption.

« Les autorités égyptiennes doivent maîtriser les forces de sécurité afin d'éviter toute effusion de sang, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Les autorités ne peuvent pas continuer à s'appuyer sur l'état d'urgence instauré depuis 30 ans pour imposer une interdiction générale des rassemblements publics et conférer des pouvoirs très étendus en matière de fouille et d'arrestation. »

Amnesty International a déclaré que les manifestants doivent jouir du droit d'organiser des rassemblements et de manifester sans craindre d'être victimes de mesures d'intimidation et de violences, et sans être menacés de détention ni de poursuites.

Dans la soirée du 27 janvier, les lignes de communication avec une grande partie de l'Égypte ont été gravement perturbées, les connexions Internet et les services de téléphonie mobile étant interrompus.

Mardi 25 janvier déjà, les services SMS, Twitter et Bambuser ont été bloqués. D'éminents défenseurs des droits humains ont également vu leur compte de téléphonie mobile désactivé.

« En prenant la décision radicale de bloquer le flux d'informations entre les Égyptiens, les autorités ont montré jusqu'où elles sont prêtes à aller pour entraver le droit de manifester pacifiquement », a déploré Hassiba Hadj Sahraoui.

Amnesty International condamne le recours disproportionné et injustifié des forces de sécurité égyptiennes aux balles réelles et à la force meurtrière contre les manifestants, ce qui aurait causé la mort d'un autre manifestant le 27 janvier.

Selon les informations reçues par Amnesty International, Ahmed Atef, 22 ans, a été tué le 27 janvier dans la ville de Sheikh Zuweid, dans le gouvernorat du Sinaï Nord, lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu sur une foule de plus d'un millier de personnes. Sept manifestants auraient également été tués dans la ville de Suez, dans le nord-est du pays.

Le bilan s'établit désormais à au moins huit morts et de nombreux blessés dans le cadre du soulèvement populaire qui secoue l'Égypte depuis le 25 janvier.

Pas moins de 1 120 manifestants ont été arrêtés par les forces de sécurité égyptiennes, selon les chiffres recueillis par des avocats et des organisations de défense des droits humains.

Plusieurs d'entre eux ont raconté à Amnesty International qu'ils avaient été frappés lors de leur interpellation et de leur détention dans les camps des Forces centrales de sécurité, et n'avaient pas été autorisés à recevoir des soins médicaux.

Le 27 janvier, huit responsables de l'organisation des Frères musulmans, dont Eissam Aryan et Mohamed Mursi, ont été arrêtés, à l'instar de 20 autres dirigeants du mouvement dans plusieurs gouvernorats.

Aux termes des normes internationales, les policiers peuvent recourir à la force seulement lorsque cela est strictement nécessaire et dans la mesure exigée par l'accomplissement de leurs fonctions. Plus particulièrement, ils ne doivent pas faire usage d'armes à feu contre des personnes, sauf en cas de légitime défense ou pour défendre des tiers contre une menace imminente de mort ou de blessure grave.

Les manifestants ont notamment été inculpés de rassemblement, de violences contre des représentants des forces de l'ordre, de dégradation de biens publics et d'avoir troublé la circulation. En Égypte, les autorités ont souvent invoqué de telles inculpations en vue de restreindre la liberté de réunion et de priver les Égyptiens du droit de manifester pacifiquement.

Pour en savoir plus :

L'Égypte doit cesser de sévir contre les manifestants (nouvelle, 26 janvier 2011)
Égypte : les manifestations pacifiques doivent être autorisées (nouvelle, 24 janvier 2011)

Thème

Militants 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Liberté d'expression 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Pays

Égypte 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »