Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

20 novembre 2006

Guantánamo: la souffrance et la détresse de milliers d'enfants

Guantánamo: la souffrance et la détresse de milliers d'enfants

Partout dans le monde, des milliers d’enfants ont vécu dans la détresse et la souffrance en raison des politiques et pratiques contre-terroristes des États-Unis.

Certains ont pratiquement été placés en détention au secret illimitée, sans inculpation ni jugement. D'autres ont été torturés ou soumis à des traitements cruels, inhumains et dégradants.

Et bien d'autres encore, chez eux, souffrent de l’absence de leurs pères, de leurs frères et d’autres parents qui ont eux-mêmes été placés en détention illimitée, souvent pendant plusieurs années.

Les autorités américaines auraient détenu au moins 17 enfants à Guantánamo Bay. Quatre d’entre eux, peut-être davantage, se trouvent toujours dans ce centre.

Il s'agit de Mohammed al Gharani, d'Omar Khadr, tous les deux âgés de 15 ans au moment de leur arrestation, de Hassan bin Attash, âgé de 17 ans lors de sa capture et de Yousef al Shehri (16 ans).

"Parfois, j’ai envie d’aller voir Bush et de lui dire 'Tu te rends compte de ce que tu fais ?’ Parfois, j’ai juste envie de tout oublier." Zahra Paracha, 14 ans, fille de Saifullah Paracha, un détenu de Guantánamo

Un autre détenu, Yassar al Zahrani, avait semble-t-il dix-sept ans lorsqu’il a été arrêté. Il est mort à Guantánamo en juin 2006. Il se serait pendu.

Seuls trois des enfants détenus à Guantánamo ont été séparés des autres prisonniers adultes, bien que le droit international exige la mise en place de mesures spéciales de protection pour les personnes de moins de 18 ans placées en détention. Les autres ont dû subir les mêmes conditions que les adultes: détention prolongée à l'isolement, absence de contact avec les familles, aucun accès à l'éducation, entre autres.

Tous ces mineurs capturés puis transférés à Guantánamo ont maintenant plus de 18 ans. Cela ne change rien au fait que la façon dont ils ont été traités violait les principes internationaux relatifs à la détention des enfants.

"Ces mineurs, de même que les autres détenus, ont été traités comme des combattants ennemis représentant une menace pour les États-Unis. L’âge n'est pas un facteur déterminant en détention." Ministère de la défense des États-Unis, janvier 2004
   
Guantánamo est un symbole d'injustice. Le gouvernement américain doit fermer ce centre. Les détenus doivent être libérés, ou inculpés et jugés équitablement.

 

Convention relative aux droits de l'enfant

Au regard du droit international, les enfants présentent des vulnérabilités spécifiques. Ainsi, la Convention relative aux droits de l'enfant protège ce dernier contre les détentions illimitées et les mauvais traitements.

Les États-Unis ont signé ce traité. En vertu du droit international, ils ne doivent prendre aucune mesure allant à l'encontre de l'objet ou de la finalité de ce texte. À l'exception de la Somalie, les États-Unis sont le seul pays du monde à ne pas avoir encore ratifié la Convention.

 

Pour en savoir plus :

Citoyen tchadien Mohammed al-Gharani (Cas, 1 July 2005)

Ressortissant canadienne Omar Kadhr (Cas, 10 November 2005)

Citoyen saoudien Yousef al-Shehri (Cas, 17 November 2006)

Campagne Contre le terrorisme : la justice 

Pays

Canada 
Tchad 
Arabie saoudite 
États-Unis 

Région ou pays

Amériques 

Thème

Enfants 
Détention 
Disparitions et enlèvements 
Justice internationale 
Conditions de détention 
Torture et mauvais traitements 

Campagnes

Pas de sécurité sans droits humains 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »