Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

9 février 2009

Les atteintes aux droits humains persistent en Iran, trente ans après la révolution islamique

Les atteintes aux droits humains persistent en Iran, trente ans après la révolution islamique
Il y a trente ans, le changement de gouvernement en Iran a bouleversé le paysage politique au Moyen-Orient. Le gouvernement qui a pris le pouvoir le 10 février 1979 a mené à la création de la première république islamique du monde.

La République islamique d'Iran a été fondée à l'issue d'un référendum national le 1er avril 1979. Un autre référendum, en décembre 1979, a approuvé la Constitution et confirmé l'ayatollah Khomeini au poste de dirigeant suprême.

Les gouvernements précédents nommés par Mohammad Reza Pahlavi, ancien chah d'Iran, étaient généralement considérés comme corrompus et responsables d'atteintes flagrantes aux droits humains.

En dépit des promesses faites par l'ayatollah Khomeini, qui avait affirmé que tous les Iraniens seraient libres, les trente dernières années ont été caractérisées par des violations persistantes des droits fondamentaux.

Le nombre de violations particulièrement graves qui avaient marqué les premières années de la République islamique a fléchi avec le temps, mais la situation des droits humains à l'heure actuelle reste alarmante. Un assouplissement limité des restrictions pesant sur la liberté d'expression au cours de la période de réforme, sous l'ancien président Khatami (au pouvoir de 1997 à 2005), avait suscité l'espoir d'une amélioration durable. Toutefois, ces espoirs ont été largement piétinés depuis l'accession au pouvoir du président Mahmoud Ahmadinejad, élu en 2005.

Quatre ans plus tard, et alors que se profile une nouvelle élection présidentielle cette année, l'impunité, la torture et d'autres types de mauvais traitements, ainsi que le recours à la peine de mort, continuent de prévaloir.

Certaines composantes de la société – notamment les minorités ethniques – continuent à être confrontées à une discrimination généralisée, tandis que la situation d'autres groupes – en particulier certaines minorités religieuses – s'est considérablement détériorée sous la présidence de Mahmoud Ahmadinejad.

Les personnes dont les autorités estiment qu'elles s'écartent des politiques officielles énoncées ou non sont en butte à de graves restrictions des droits à la liberté de conviction, d'expression, d'association et de réunion. Les femmes continuent à faire l'objet de discriminations – à la fois dans la loi et en pratique. L'impunité pour les atteintes aux droits humains est largement répandue.

Ne serait-ce que ces trois derniers mois, Amnesty International a reçu des informations faisant état de vagues d'arrestations arbitraires et de harcèlement, visant principalement des membres de minorités religieuses et ethniques, des étudiants, des syndicalistes et des défenseurs des droits des femmes.

L'organisation a eu vent de l'arrestation arbitraire présumée ou d'autres mesures répressives dont ont fait l'objet plus de 220 personnes. Un grand nombre des personnes appréhendées, si ce n'est toutes, risquent la torture ou d'autres types de mauvais traitements. D'autres personnes arrêtées avant cette période ont été condamnées à mort.

En outre, les autorités ont mis fin aux activités de plusieurs journaux et restreint l'accès à des sites Internet, notamment certains traitant de droits humains ou administrés par des diffuseurs internationaux. Il est possible que ces mesures aient en partie pour but d'étouffer le débat et de réduire au silence les détracteurs des autorités en prévision de l'élection présidentielle de juin 2009.

Amnesty International reçoit des témoignages concernant les violations des droits humains en Iran depuis le milieu des années 60. Peu après la révolution islamique, cependant, il a été interdit aux représentants de l'organisation de se rendre sur place afin d'y recueillir des informations de première main sur la situation des droits fondamentaux.

« Trente ans plus tard, quelques-unes des pires violations commises à l'époque du chah – actes de torture, exécutions et répression de la dissidence légitime – sont toujours d'actualité en Iran, en dépit du travail effectué par la courageuse communauté des défenseurs des droits humains, qui ne cesse de croître, a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. Il est grand temps que les autorités iraniennes respectent les obligations qui sont les leurs au titre du droit international relatif aux droits humains. »

Pour en savoir plus :

Iran: Human Rights in the spotlight on the 30th Anniversary of the Islamic Revolution (rapport, 5 février 2009)
Des médecins iraniens spécialistes du sida jugés à huis clos (nouvelle, 8 janvier 2009)
Iran : à Téhéran, les autorités ferment une importante ONG de défense des droits humains (nouvelle, 23 décembre 2008)
La Chine, l'Iran et la Jamaïque à contre-courant de la tendance mondiale concernant les exécutions (nouvelle, 28 novembre 2008)

Thème

Peine de mort 
Discrimination 
Liberté d'expression 
Procès et systèmes juridiques 
Femmes 

Pays

Iran 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 avril 2014

Une vue d'ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Pour en savoir plus »
04 mars 2014

Quand Brent Miller a été tué dans la prison de Louisiane où il travaillait, ni Teenie, son épouse, ni ses autres proches ne s’imaginaient qu’ils se retrouveraient mêlés à une... Pour en savoir plus »

27 mars 2014

Les tribunaux japonais ont enfin entendu raison et ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un prisonnier qui a passé plus de 40 ans... Pour en savoir plus »

08 avril 2014

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est... Pour en savoir plus »

14 avril 2014

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression imposées en cette période préélectorale en Algérie font apparaître des failles choquantes dans le bilan global des droits... Pour en savoir plus »