Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

19 septembre 2007

Des bandits armés sèment la terreur en République centrafricaine

Des bandits armés sèment la terreur en République centrafricaine

En République centrafricaine, des bandes de bandits armés terrorisent la population alors que la région est en proie à la violence et à de graves troubles.

Ces bandits, qui agissent masqués et qui sont connus sous le nom de zaraguinas (coupeurs de route), sont devenus plus puissants et mieux organisés que les forces gouvernementales. La population locale est ainsi de plus en plus exposée à de graves atteintes aux droits humains.

«Les zaraguinas sont souvent mieux équipés, avec des armes automatiques, et ils connaissent mieux le terrain que les forces gouvernementales, indique Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d’Amnesty International. Cela ne fait qu’aggraver une situation déjà très difficile, marquée par des combats entre les forces gouvernementales et des groupes politiques armés.»

 

Si rien n’est fait pour endiguer les graves troubles qui sévissent dans le nord de la République centrafricaine, des pays frontaliers tels que le Soudan, le Tchad et le Cameroun risquent d’en subir durement les conséquences. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit immédiatement autoriser le déploiement en République centrafricaine de troupes internationales chargées de protéger les civils qui sont fortement exposés aux risques d’attaques et d’enlèvements.

Les victimes d’enlèvements sont dans la plupart des cas de jeunes enfants mbororos. Les Mbororos vivent principalement dans le nord-ouest de la République centrafricaine mais ils sont également présents au Tchad, au Cameroun et dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. Ces éleveurs nomades sont pris pour cible parce qu'ils peuvent payer des rançons très élevées en vendant leur bétail. Les zaraguinas enlèvent des enfants tant que leurs parents et leurs proches ont des vaches à vendre. Il est arrivé que des enfants soient tués par ces bandits car leur famille n'avait pas payé la rançon exigée.

Les victimes pensent qu'un grand nombre de zaraguinas sont de la région: ils parlent les dialectes locaux et savent manifestement combien de têtes de bétail et quels biens possèdent ceux qu’ils prennent pour cible. Pour ne pas être reconnus, les zaraguinas se couvrent le visage avec leur turban. D’autres bandits, attirés par l’absence de maintien de l’ordre dans la région, viendraient d’aussi loin que l’Afrique de l'Ouest pour se joindre aux zaraguinas qui opèrent dans le nord de la République centrafricaine.

De nombreuses victimes de rapts ont déclaré à Amnesty International que les forces de sécurité et les autorités ne font rien pour empêcher les enlèvements ou arrêter les zaraguinas. Dans les cas exceptionnels où elles essaient de réagir, leurs opérations échouent car les bandits sont mieux armés et échappent facilement à toute tentative de poursuite.

«Du fait de son inaction, le gouvernement manque à ses devoirs vis-à-vis des personnes dont il est légalement tenu d’assurer la protection, a souligné Erwin van der Borght. Il est grand temps que le gouvernement et la communauté internationale prennent des mesures énergiques et concertées. Si le statu quo est maintenu, cela risque d’avoir des conséquences catastrophiques pour l’ensemble de la région.»
 

Thème

Groupes armés 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

10 juillet 2014

Amnesty International rend publics les noms de certaines des personnes soupçonnées d’avoir ordonné ou commis les atrocités qui se déroulent actuellement en République... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »