Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

27 avril 2006

Abou Ghraïb : Les victimes de torture sont toujours en quête de réparation

Abou Ghraïb : Les victimes de torture sont toujours en quête de réparation

"Ils m’ont fait m’allonger sur une planche de bois... ont attaché... mes mains à un treuil... m’ont installé comme ça… Ils prenaient des photos de moi. A chaque question qu’ils posaient, ils resserraient le treuil ; jusqu’à ce que mon corps soit étiré au maximum..." - Abdel-Jabbar Al-Azzawi, Mars 2006

Il y a deux ans, le monde découvrait avec horreur les images de détenus torturés et maltraités par des militaires américains dans la prison d’Abou Ghraïb, en Irak.

Malgré les appels répétés en ce sens, les autorités américaines n’ont pas mené d’enquêtes dignes de ce nom, afin que tous les responsables présumés, y compris au plus haut niveau, soient amenés à rendre compte de leurs actes.

Ce deuxième anniversaire vient tristement rappeler que, deux ans après le scandale, les actes de torture et autres atteintes perpétrés contre des Irakiens par des représentants de leurs propres autorités ou des forces de la coalition menée par les États-Unis sont toujours au cœur d’un débat. Le secrétaire d’État américain à la Défense Donald Rumsfeld a récemment déclaré que les militaires américains témoins de torture et de traitements inhumains n’étaient pas tenus d’"intervenir physiquement pour y mettre fin", mais seulement de "signaler de tels agissements".

Selon les témoignages recueillis par Amnesty International auprès d’anciens détenus torturés à Abou Ghraïb ou dans d’autres endroits, les victimes n’ont pas reçu le moindre dédommagement. De toute évidence, elles ignorent comment demander réparation et ne disposent pas, dans la plupart des cas, des moyens et des ressources nécessaires.

Abdel Jabbar Al Azzawi, citoyen irakien âgé de cinquante ans, a été détenu et torturé par des militaires américains et des civils chargés par les autorités des États-Unis de mener des interrogatoires en Irak.

Il a raconté à Amnesty International comment une trentaine de soldats américains avaient fait irruption chez lui, le 20 novembre 2003, l’avaient jeté à terre et lui avaient passé les menottes. Certains auraient emporté de l’argent, des bijoux et d’autres biens qui n’ont jamais été restitués. D’après son témoignage, un soldat américain aurait également frappé sa femme à la tête avec la crosse de son arme, ce qui lui a valu de perdre l’usage d’un œil.
   
À l’aéroport de Bagdad, son premier lieu de détention, des agents américains auraient torturé Abdel Jabbar Al Azzawi lors de son interrogatoire. Il a décrit comment on lui avait bandé les yeux et comment on l’avait insulté, battu, déshabillé, plongé dans l’eau, attaché dans une position de crucifiement et suspendu en l’air.

Abdel Jabbar Al Azzawi a ensuite été transféré dans la prison d’Abou Ghraïb. "Prisonnier fantôme" – c’est à dire qu’il ne figurait sur aucun registre de la prison –, il y est resté près d’un mois à l’isolement.

Abdel Jabbar Al Azzawi affirme qu’on l’a photographié alors qu’il était nu et forcé de prendre des positions humiliantes, comme sur les images qui ont fait scandale. Il a été libéré le 6 juin 2004 après avoir passé presque sept mois en détention sans inculpation ni procès.

Selon certaines informations, Abdel Jabbar Al Azzawi souffre de troubles physiques et psychologiques qui seraient apparus lors de sa détention. Il n’a pas reçu la moindre indemnité de la part des autorités américaines.

Des victimes toujours en quête de réparation

Au terme des investigations menées par les autorités américaines sur ces atteintes, seuls des militaires de grade inférieur et un militaire de grade supérieur ont été poursuivis et, dans la plupart des cas, les peines prononcées ne reflètent pas la gravité des faits.

Depuis l’invasion de l’Irak, en mars 2003, les forces de la coalition dirigée par l’armée américaine ont arrêté des dizaines de milliers de personnes.

La plupart ont été détenues sans inculpation ni jugement, et sans possibilité de consulter un avocat ou de comparaître devant un tribunal, au mépris des dispositions du droit international humanitaire. Certaines ont été privées de liberté pendant plus de deux ans, tandis que d’autres ont été libérées sans explication et sans le moindre mot d’excuse après plusieurs mois de détention.

Deux ans après les faits, le gouvernement américain doit condamner toute forme de torture et de mauvais traitements. Il doit diligenter des investigations indépendantes sur les atteintes perpétrées, déférer les responsables présumés à la justice et veiller à ce que les victimes puissent bénéficier de réparations, notamment sous la forme de restitution, d’indemnisations, de mesures de réadaptation et de réhabilitation, et d’assurances que de tels faits ne se reproduiront pas, en mettant en place des mécanismes appropriés à cette fin.

Pour en savoir plus :

Campagne Contre le terrorisme : la justice 

Thème

Détention 
Normes relatives aux droits humains 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Irak 
États-Unis 

Région ou pays

Amériques 

Campagnes

Pas de sécurité sans droits humains 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

24 novembre 2014

Le Groupe Forrest International, compagnie minière belge, n’a pas cessé de mentir à propos de la démolition au bulldozer de centaines d’habitations en République démocratique... Pour en savoir plus »

26 novembre 2014

En 2010, Rogelio Amaya a été arrêté par des policiers et contraint sous la torture à "avouer" un crime. Son histoire est un exemple choquant de l'usage généralisé de la torture... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

27 novembre 2014

Dans ses souvenirs, rares sont les périodes de la vie de Raymond Gûreme  où il n’a pas été victime de violations et de discriminations dans son... Pour en savoir plus »

05 novembre 2014

Les forces israéliennes ont tué des dizaines de civils palestiniens dans des attaques parfois constitutives de crimes de guerre menées contre des habitations abritant des... Pour en savoir plus »