Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

12 janvier 2009

Des mesures fermes doivent être prises pour que les responsabilités soient assumées dans le conflit à Gaza

Des mesures fermes doivent être prises pour que les responsabilités soient assumées dans le conflit à Gaza
Amnesty International a écrit au Conseil de sécurité des Nations unies pour l'exhorter à faire en sorte qu'une enquête exhaustive et impartiale soit menée sur les crimes commis durant le conflit à Gaza, que les responsables de ces agissements répondent pleinement de leurs actes, et que des observateurs chargés de veiller au respect des droits humains soient déployés sur place le plus vite possible. L'organisation a pris cette initiative après l'adoption par le Conseil de sécurité à la quasi-unanimité, jeudi 8 janvier, d'une résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat et durable dans la bande de Gaza.

Dans sa lettre, Amnesty International appelle le Conseil de sécurité à intervenir fermement pour que les responsables de crimes de guerre et d'autres graves atteintes au droit international humanitaire et relatif aux droits humains répondent pleinement de leurs actes.

Les combats se poursuivent malgré la résolution du Conseil de sécurité. Les forces israéliennes continuent de mener des attaques disproportionnées ou visant des civils ou des bâtiments civils dans la bande de Gaza. Les groupes armés palestiniens continuent de tirer des roquettes sans discrimination sur des zones habitées par des civils dans le sud d'Israël. Le nombre de victimes civiles continue d'augmenter de façon alarmante.

La résolution 1860 du Conseil de sécurité des Nations unies demande « l'instauration immédiate d'un cessez-le-feu durable et pleinement respecté », la fourniture et la distribution sans entrave dans tout Gaza de l'aide humanitaire et la réouverture des points de passage dans la bande de Gaza. La résolution a été adoptée à une majorité écrasante de 14 voix. Les États-Unis se sont abstenus.

« La résolution n'indique cependant pas que les parties doivent immédiatement mettre fin aux violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains, a souligné Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. Elle n'évoque pas non plus le fait qu'il est de plus en plus manifeste que des crimes de guerre et d'autres atteintes graves au droit international sont commis, que des enquêtes doivent être menées et que les responsables de ces agissements doivent répondre de leurs actes. »

Pour en savoir plus :

L'Europe doit faire entendre sa voix plus fermement pour débloquer la crise humanitaire au Moyen-Orient (nouvelle, 8 janvier 2009)
Dans la bande de Gaza, les tactiques militaires des deux parties mettent en danger les civils (nouvelle, 8 janvier 2009)
Amnesty International demande une trêve humanitaire immédiate dans la bande de Gaza
(nouvelle, 7 janvier 2009)

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Impunité 
Organisations internationales 
Nations unies 

Pays

Israël et territoires palestiniens occupés 
Autorité palestinienne 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »