Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

18 août 2009

Mexique : une femme indigène est accusée injustement d'avoir séquestré des agents fédéraux

Mexique : une femme indigène est accusée injustement d'avoir séquestré des agents fédéraux
Amnesty International a adopté comme prisonnière d'opinion une Mexicaine travaillant sur les marchés qui a été accusée d'avoir séquestré six agents fédéraux.

Âgée de quarante-six ans et mère de six enfants, Jacinta Francisco Marcial, qui appartient à la communauté otomí de Santiago Mexquititlán (État de Querétaro), a été condamnée à une peine de vingt et un ans d'emprisonnement.

Amnesty International considère que Jacinta Francisco Marcial n'a pas bénéficié d'un procès équitable et qu'elle est incarcérée uniquement en raison de son statut marginal de femme indigène pauvre, à qui les rouages de la justice ne sont pas familiers. L'organisation a demandé aux autorités mexicaines de la libérer immédiatement et sans condition.

Jacinta Marcial est incarcérée à la prison Centro de Readaptación de San José El Alto depuis août 2006. Elle est accusée d'avoir séquestré six membres de l'Agence fédérale d'investigation (AFI) du Mexique. Ces agents ont affirmé avoir été pris en otages par Jacinta Marcial et d'autres commerçants alors qu'ils effectuaient un raid sur le marché de la place de Santiago Mexquititlán, en mars 2006, pour débusquer des vendeurs de DVD piratés.

« Ce qui arrive à Jacinta Marcial est scandaleux, a déclaré Rupert Knox, chargé des recherches sur le Mexique à Amnesty International. C'est un exemple de la justice de deuxième ordre dont font souvent les frais les populations indigènes du Mexique. »

« L'histoire de cette femme montre comment la justice pénale mexicaine peut être détournée pour poursuivre injustement les plus vulnérables,
a poursuivi Rupert Knox. Jacinta Marcial a été prise pour cible en raison de ses origines ethniques et de son statut social et parce qu'elle est une femme. »

Le 26 mars 2006, six agents en civil de l'Agence fédérale d'investigation se sont rendus au marché principal de Santiago Mexquititlán. Ils ont indiqué qu'ils étaient à la recherche de stupéfiants et de DVD piratés. La tension est montée lorsqu'ils ont tenté de confisquer des biens et que des vendeurs ont crevé les pneus de voiture de certains des agents.

Selon les habitants du quartier, le mouvement de contestation a cessé le jour même, après que le chef de la police régionale soit allé collecter de l'argent dans une localité voisine pour indemniser les commerçants dont la marchandise avait été abîmée. Dans la soirée, les six agents ont porté plainte auprès du procureur général, alléguant qu'ils avaient été séquestrés pendant plusieurs heures par ceux qui protestaient contre leur intervention.

Plus de quatre mois après les événements, le 3 août 2006, Jacinta Marcial a été arrêtée et amenée au Bureau du procureur général. On lui avait dit qu'elle allait être interrogée au sujet de la chute d'un arbre, et ce n'est que lorsqu'elle a été conduite en prison qu'elle a réalisé qu'elle était accusée, avec deux autres femmes, d'avoir pris les agents en otages.

Le seul élément à charge contre Jacinta Marcial était une photographie dans un journal local où elle apparaissait marchant à l'arrière d'une foule en train de protester. Dans leur première déposition, datée du 27 mars 2006, les agents de l'AFI ne faisaient pas référence à Jacinta Francisco Marcial. Ce n'est qu'un mois plus tard, quand on leur a présenté la photo dans le journal local, que les six agents ont accusé cette femme d'avoir participé à leur séquestration présumée. Aucun autre élément n'a été présenté pour démontrer sa culpabilité, et les agents de l'AFI ne se sont pas présentés à son procès pour soutenir leur version des faits et confirmer son identification.

À cette époque Jacinta Marcial parlait à peine espagnol, elle ne comprenait pas ce qui se passait. On ne lui a pas fourni d'interprète, et l'avocat nommé d'office pour la défendre ne lui a pas expliqué quels étaient ses droits ni comment elle pouvait se défendre. Elle a indiqué au contraire qu'il était resté assis dans un coin de la pièce et qu'il n'avait rien dit quand on l'avait poussée à signer des papiers qu'elle ne comprenait pas.

Jacinta Marcial a tenu les propos suivants à la personne chargée de recherche à Amnesty International venue lui rendre visite en prison : « La première nuit dans ma cellule, il pleuvait et il faisait très froid avec les barreaux donnant sur la cour principale, et à ce moment je me suis sentie mal car je savais que je n'avais rien fait de mal et j'étais en prison. Et je me suis mise à pleurer, je pleurais en me demandant : "Qu'est-ce qui va m'arriver maintenant ?".

Et lorsque j'entendais des portes s'ouvrir, je pensais qu'ils venaient peut-être me chercher, alors je me levais et regardais à travers les barreaux pour voir si quelqu'un arrivait pour me faire sortir, mais ce n'est jamais arrivé. »


Le 17 juillet 2009, la Commission nationale des droits humains a conclu que le dossier de Jacinta Marcial présentait de graves irrégularités et comportait des éléments de preuve fabriqués de toutes pièces. Jacinta Marcial est toujours en prison en attendant l'issue d'un nouveau procès.

Thème

Détention 
Discrimination 
Peuples autochtones 
Conditions de détention 
Prisonniers d'opinion 
Procès et systèmes juridiques 
Femmes 

Pays

Mexique 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

22 juillet 2014

Le gouvernement gambien doit abolir les lois et pratiques draconiennes à l’origine de deux décennies de violations généralisées des droits humains, a déclaré Amnesty... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »