Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

15 janvier 2009

L'armée israélienne bombarde un complexe de l'ONU

L'armée israélienne bombarde un complexe de l'ONU
Jeudi matin, des obus israéliens ont frappé des bâtiments des Nations unies à Gaza. Trois personnes ont été blessées.

Un bâtiment où était entreposée de l'aide humanitaire d'urgence a pris feu lorsque les obus – qui contenaient vraisemblablement du phosphore blanc – ont frappé le siège de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza. L'UNRWA a déclaré avoir demandé à maintes reprises à l'armée israélienne de ne pas lancer de tirs d'artillerie à proximité de ce complexe.

« Cette attaque contre l'UNRWA, qui semble avoir visé un complexe humanitaire clairement identifié, met en lumière la nécessité de mener une enquête impartiale et approfondie sur une série d'opérations au cours desquelles des civils ont été tués ou blessés, et des constructions et infrastructures civiles ont été détruites, a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Amnesty International est extrêmement préoccupée par l'utilisation par Israël de munitions contenant apparemment du phosphore blanc, substance qui cause de graves brûlures lorsqu'elle entre en contact avec la peau. Bien qu'il ne soit pas interdit par le droit international, le phosphore blanc est une arme incendiaire qui ne devrait jamais être utilisée dans des zones où la population civile est dense, en raison de ses effets dévastateurs. »

Selon les responsables des Nations unies, 700 personnes au moins se trouvent toujours dans le complexe, où elles ont cherché refuge alors que les combats continuent. L'UNRWA précise que l'attaque a empêché ses camions de quitter le complexe pour aller distribuer le ravitaillement alimentaire et les fournitures médicales attendus de toute urgence.

« Le droit international interdit sans équivoque les attaques contre le personnel, les installations, le matériel, les unités ou les véhicules participant à une mission d'assistance humanitaire, a souligné Malcolm Smart. Les attaques délibérées contre des établissements ou du personnel dispensant une aide humanitaire peuvent constituer un crime de guerre. »

Amnesty International demande qu'une enquête indépendante soit menée dans les plus brefs délais sur cette attaque qui a désorganisé la distribution de l'aide humanitaire aux civils en détresse de Gaza.

Pour en savoir plus :

Blog d'Amnesty International sur la crise à Gaza (en anglais)
La crise à Gaza (page spéciale)
Arms embargo vital as Gaza civilian toll mounts (nouvelle, 15 janvier 2009)
Il faut qu'une enquête soit menée sur le conflit de Gaza et que les responsables rendent des comptes (nouvelle, 14 janvier 2009)
Des mesures fermes doivent être prises pour que les responsabilités soient assumées dans le conflit à Gaza (nouvelle, 12 janvier 2009)

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Organisations internationales 
Équipement militaire, de sécurité et de police 

Pays

Israël et territoires palestiniens occupés 
Liban 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

26 janvier 2015

Dans un lieu de détention secret de la province de Laguna, située au sud de la capitale Manille, la Commission a découvert une roue multicolore, inspirée de la Roue de la... Pour en savoir plus »

16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »