Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

28 janvier 2008

Les violences meurtrières se poursuivent au Kenya

Les violences meurtrières se poursuivent au Kenya
Des informations récentes en provenance du Kenya indiquent qu’environ 70 personnes ont été tuées dans des homicides à caractère ethnique depuis jeudi. Dix d’entre elles ont trouvé la mort hier dans la ville de Naivasha, à l’ouest de Nairobi – six ont été brûlées vives, les quatre autres ont été tuées à l’arme blanche.

Les attaques se sont produites lorsque des membres armés de l’ethnie kikuyu s’en sont pris à des personnes appartenant aux ethnies luo et kalenjin, considérées avoir soutenu le candidat de l’opposition lors de l’élection présidentielle. Une soixantaine d’autres personnes ont été tuées lors de violences similaires dans la ville de Nakuru, capitale de la province de la Vallée du Rift.

Les dernières agressions semblent avoir constitué des représailles contre les sympathisants présumés du candidat de l’opposition, après que de précédentes attaques eurent visé des sympathisants présumés du chef de l’État.

Vendredi, Amnesty International a appelé le gouvernement kenyan à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour protéger les habitants contre les atteintes aux droits humains résultant des violences politiques et ethniques.

« Le gouvernement a l’obligation de protéger ses citoyens contre les attaques à caractère politique et ethnique mais il doit le faire en ayant recours à la force uniquement lorsque cela est nécessaire, et d’une manière proportionnelle à la gravité de la menace », a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d’Amnesty International.

Selon les chiffres fournis par les autorités, environ 680 personnes ont été tuées depuis le 30 décembre à la suite de l’élection présidentielle contestée. D’autres sources indiquent que le nombre de victimes pourrait être encore plus élevé.

Parmi les victimes figurent des dizaines de personnes abattues par les policiers qui avaient été déployés pour contenir la violence ou disperser les rassemblements massifs organisés par l’opposition pour protester contre les résultats de l’élection.

Les Nations unies estiment que les violences ont provoqué le déplacement de plus de 255 000 personnes à l’intérieur du pays et que plus de 6 000 autres sont allées se réfugier en Ouganda.

 

Pour en savoir plus :

Kenya. Le gouvernement doit protéger la population contre les attaques à caractère politique et interethnique (communiqué de presse, 25 janvier 2008)

Thème

Groupes armés 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Application des lois 
Réfugiés, personnes déplacées et migrants 

Pays

Kenya 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

21 août 2014

Les mineurs accusés d’être des membres de groupes armés dans le cadre du conflit qui perdure au Mali croupissent dans des prisons pour adultes, tandis que les violations des... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

21 août 2014

Après avoir fui leur pays et survécu à une traversée périlleuse de la Méditerranée, les migrants africains en Italie tombent aux mains de trafiquants

Pour en savoir plus »
29 août 2014

Le militant pacifiste Mohamed Bachir Arab est détenu au secret depuis qu'il a été arrêté par les services de renseignement syriens le 2 novembre 2011. Il fait partie des... Pour en savoir plus »