Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

22 décembre 2009

La Lituanie reconnaît l'existence d'une prison secrète

La Lituanie reconnaît l'existence d'une prison secrète
Pour la première fois, un gouvernement européen a reconnu qu'un « site noir » avait existé sur son territoire a déclaré Amnesty International le mardi 22 décembre 2009 après qu'une commission d'enquête parlementaire lituanienne eut conclu que l'Agence centrale du renseignement des États-Unis (CIA) avait fait fonctionner une prison secrète en Lituanie durant la « guerre contre le terrorisme ».

« La confirmation de l'existence d'une prison secrète en Lituanie est un moment consternant de l'histoire de la protection des droits humains en Europe, a déclaré Julia Hall, chargée à Amnesty International des questions relatives à la lutte contre le terrorisme en Europe. Toutefois, l'enquête lituanienne marque un tournant dans l'action entreprise pour faire la lumière sur l'aide apportée par les États européens aux États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. Les autres gouvernements européens doivent en prendre acte et s'engager à enquêter de manière exhaustive sur toute allégation grave de cette nature. »

La commission parlementaire lituanienne chargée de la sécurité nationale et de la défense a rendu public un rapport indiquant que des responsables de la Direction de la sûreté de l'État avaient prêté assistance pour la construction sur le territoire lituanien d'une prison secrète destinée à accueillir des personnes soupçonnées de terrorisme. Un grand nombre des détenus placés dans de tels centres ont été victimes de disparition forcée, de torture ou d'autres formes de mauvais traitements aux mains d'agents américains, souvent avec la coopération ou l'aide de gouvernements étrangers.

La commission a conclu que des avions de la CIA s'étaient posés en Lituanie en dehors de toute procédure de contrôle aux frontières ; elle a également indiqué que les responsables de la Direction de la sûreté de l'État avaient omis d'en avertir le chef de l'État et le Premier ministre, en violation de la législation nationale.

« Le gouvernement lituanien aurait dû être au courant des faits et gestes de ses propres agences, et c'est lui qui est responsable de l'existence de la prison secrète et de toute violation des droits humains qui a pu s'y dérouler.

« Les conclusions de l'enquête ne sont qu'un premier pas vers l'établissement des responsabilités, a poursuivi Julia Hall. L'enquête entamée en Lituanie doit se poursuivre afin que toutes les personnes impliquées dans ce site secret soient identifiées et traduites en justice. »

La Pologne et la Roumanie font également partie des pays qui, selon le Parlement européen et le Conseil de l'Europe, pourraient avoir fourni à la CIA des centres de détention secrets.

« Il est grand temps que les gouvernements européens fassent le point sur les actions des agences de renseignement et de sécurité, et rétablissent le cas échéant un contrôle efficace de l'autorité civile. Les États européens ne doivent pas se contenter de dire qu'ils ignoraient ce que faisaient leurs services de sécurité », a conclu Julia Hall.

Pour en savoir plus :

L'enquête menée par la Lituanie sur une prison secrète doit servir d'exemple (nouvelle, 17 décembre 2009)

Thème

Groupes armés 
Détention 
Conditions de détention 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Lituanie 

Région ou pays

Europe et Asie centrale 

Campagnes

Pas de sécurité sans droits humains 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »