Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 octobre 2008

Les Nations unies débattent d'une mesure cruciale concernant les droits économiques, sociaux et culturels

Les Nations unies débattent d'une mesure cruciale concernant les droits économiques, sociaux et culturels
L'Assemblée générale des Nations unies doit débattre ce mois-ci d'une mesure cruciale destinée à garantir l'accès à la justice pour les victimes d'atteintes aux droits économiques, sociaux et culturels qui sont privées de recours au niveau national.

Dans les semaines qui vont suivre, les États membres des Nations unies vont se rassembler à New York pour débattre de l'adoption d'un texte international : le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (Protocole facultatif). Une fois en vigueur, ce texte garantira l'accès à la justice pour les victimes d'atteintes aux droits économiques, sociaux et culturels qui sont privées de recours au niveau national.

Amnesty International a déclaré que, soixante ans après l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH), par laquelle la communauté internationale a reconnu que toute personne avait des droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux, l'adoption d'un tel texte n'avait que trop tardé.

« Cette action claire et concrète constituerait un grand pas vers la mise en œuvre de la déclaration faite il y a quinze ans à la Conférence mondiale de Vienne, à savoir que tous les droits de la personne sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés. La communauté internationale doit traiter des droits humains globalement, de manière équitable et équilibrée, sur un pied d'égalité et en leur accordant une égale valeur », a déclaré Duncan Wilson, spécialiste des droits économiques, sociaux et culturels chez Amnesty International.

Amnesty International souligne qu'il s'agit d'une occasion historique permettant de corriger le déséquilibre qui existe entre les droits civils et politiques d'une part et les droits économiques, sociaux et culturels de l'autre. Ce déséquilibre a notamment empêché les populations marginalisées ou pauvres d'obtenir un recours utile en cas de violation de leurs droits.

« Nombre des personnes qui ont subi des violations de leurs droits (logement adéquat, alimentation, eau et sanitaires, santé, éducation et travail décent, entre autres) n'ont pas la possibilité de faire rendre des comptes aux responsables de ces violations », a ajouté Duncan Wilson.

Amnesty International a demandé à tous les membres des Nations unies de célébrer le soixantième anniversaire de la DUDH en adoptant le Protocole facultatif sous sa forme actuelle lors de l'Assemblée générale du 10 décembre 2008.

L'élaboration et l'adoption du Protocole facultatif est le résultat de cinq années de négociations menées par un groupe de travail intergouvernemental. Le texte final est un compromis qui a reçu le soutien d'un très grand nombre d'États membres.

Amnesty International est membre de la coalition internationale des organisations non gouvernementales (ONG) pour le protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

Pour en savoir plus :

Droits économiques, sociaux et culturels

Coalition des ONG pour un protocole facultatif au PIDESC
Amnesty International décline toute responsabilité quant au contenu des sites Internet externes.

Thème

Droits économiques, sociaux et culturels 
Nations unies 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »