Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

25 février 2009

Le Pakistan n'a toujours pas dit la vérité sur les détentions secrètes

Le Pakistan n'a toujours pas dit la vérité sur les détentions secrètes
Le nouveau gouvernement civil du Pakistan n'a pas encore fourni d'informations sur les centaines de personnes qui seraient détenues secrètement par les autorités. Des centaines de personnes ont en effet été placées en détention dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » ou de la lutte contre l'opposition interne, par exemple au Baloutchistan.

L'État manque ainsi à son devoir de transparence en dépit de plusieurs promesses concernant la résolution de la crise des disparitions forcées dans le pays. Le Chief minister (Premier ministre provincial) du Baloutchistan s'était engagé en avril 2008 à faire de la résolution des « disparitions » baloutches une priorité.

En mai 2008, le sénateur Babar Awan, secrétaire du Comité de réconciliation avec le Baloutchistan du Parti du peuple pakistanais au pouvoir avait annoncé la création d'une commission, dirigée par Nawabzada Haji Lashkri, chargée de retrouver la trace des « disparus » du Baloutchistan, dans le cadre des efforts faits pour répondre aux doléances des Baloutches.

À ce jour, le gouvernement n'a pas rendues publiques les conclusions de ses enquêtes ni les actions entreprises pour apporter une réponse dans les affaires de disparitions forcées de Baloutches.

Amnesty International a exhorté le gouvernement pakistanais à immédiatement prendre des mesures afin de tenir ses engagements et retrouver la trace de centaines de Baloutches victimes de disparitions forcées.

« Il faut que les Nations unies abordent la question des disparitions forcées au Pakistan au cours de la 10e session du Conseil des droits de l'homme (Genève, 2-27 mars 2009), afin d'effectuer un suivi des promesses du Pakistan, qui s'est par le passé plusieurs fois engagé à commencer à s'attaquer au problème », a déclaré Sam Zarifi, directeur du Programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Selon la presse, Rehman Malik, conseiller au ministère de l'Intérieur, a déclaré le 14 février que le Chief minister du Baloutchistan avait communiqué au gouvernement une « liste incomplète de 800 personnes "portées disparues" » et fait savoir que 200 des noms figurant sur la liste avaient été vérifiés.

Un groupe séparatiste inconnu jusque là, le Front uni de libération du Baloutchistan (BLUF), a enlevé le 2 février John Solecki, chef de l'antenne du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Quetta.

Le BLUF (à ne pas confondre avec le Front de libération du Baloutchistan qui existe de longue date) affirme que 6 000 militants baloutches sont au nombre des personnes « portées disparues ». Toujours selon le BLUF, 141 femmes en font partie. Le groupe exige leur libération en échange de celle de John Solecki. Le gouvernement pakistanais a nié ces allégations.

Amnesty International condamne l'enlèvement de John Solecki et appelle à sa remise en liberté immédiate et sans condition. L'organisation souligne que la prise d'otages est un crime au titre du droit international.

Pour en savoir plus :

Les mesures abusives prises par Musharraf se font toujours sentir au Pakistan (nouvelle, 3 novembre 2008)
Le nouveau président du Pakistan doit améliorer la situation des droits humains (nouvelle, 10 septembre 2008)
Malgré le départ de Musharraf, toujours aucun signe des disparus (nouvelle, 2 septembre 2008)
Une manifestation marque le début d’une tournée contre les disparitions forcées au Pakistan (nouvelle, 2 septembre 2008)

Thème

Détention 
Disparitions et enlèvements 
Discrimination 

Pays

Pakistan 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

Campagnes

Pas de sécurité sans droits humains 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »