Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

3 juin 2011

L'expulsion d'Eman al Obeidi par le Qatar est contraire au droit international

L'expulsion d'Eman al Obeidi par le Qatar est contraire au droit international

La décision du gouvernement du Qatar de renvoyer en Libye Eman al Obeidi, qui a accusé publiquement de viol des militaires libyens, constitue une violation du droit international, a déclaré Amnesty International vendredi 3 juin.

Eman al Obeidi a été envoyée par les autorités du Qatar jeudi 2 juin à Benghazi, fief de l'opposition au colonel Mouammar Kadhafi dans l'est de la Libye.

« Il est honteux qu'Eman al Obeidi ait de nouveau été envoyée quelque part contre son gré, a déclaré Amnesty International. Cette femme a été reconnue comme réfugiée et son renvoi constitue une violation grave par le Qatar des obligations qui sont celles de ce pays aux termes du droit international. »

Le 26 mars, cette diplômée en droit avait été conduite de force hors d'un hôtel à Tripoli et arrêtée par les forces de sécurité après avoir affirmé à des journalistes étrangers avoir été violée par des soldats libyens fidèles au colonel Mouammar Kadhafi.

Après plusieurs périodes de détention, Eman al Obeidi aurait été aidée par des militaires libyens insurgés à franchir la frontière vers la Tunisie. De là, elle aurait réussi à se rendre jusqu'au Qatar.
 
Eman al Obeidi a été reconnue comme réfugiée par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui a considéré que cette femme courait un risque réel de persécution en Libye.

« Rien ne saurait justifier la décision des autorités du Qatar : elles ont compromis la sécurité de cette femme sans tenir compte du danger auquel elle est de toute évidence confrontée », a ajouté Amnesty International.

« Après avoir pris aussi courageusement la parole contre les hommes de Mouammar Kadhafi, il sera impossible pour Eman al Obeidi de conserver l'anonymat, a estimé Amnesty International. Les autorités du Qatar n'ont tenu aucun compte de la nécessité évidente pour cette femme de bénéficier d'une protection internationale. »

Il incombe désormais au Conseil national de transition qui siège à Benghazi d'assurer la sécurité de cette femme, et Amnesty International se félicite de ce que le Conseil a annoncé qu'Eman al Obeidi était libre de quitter la Libye. L'organisation prie instamment le Conseil de ne pas empêcher son départ.

Aux termes du droit international, les pays d'asile, qu'ils aient ou non signé la Convention des Nations unies relative au statut des réfugiés, ne sont pas autorisés à renvoyer des réfugiés dans leur pays d'origine où ils risquent d'être persécutés.

Pour en savoir plus :

Libye : halte à la campagne de diffamation dont fait l'objet Eman al Obeidi (nouvelle, 31 mars 2011)
Les autorités libyennes doivent mener une enquête approfondie sur un cas de viol présumé (nouvelle, 28 mars 2011)
Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Pays

Égypte 
Libye 
Qatar 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Thème

Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Réfugiés, personnes déplacées et migrants 
Femmes 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »