Le document mentionné n'est pas disponible en français.

Arabie saoudite : les droits humains sont bafoués au nom de la lutte contre le terrorisme

Agents des forces spéciales saoudiennes postés devant l'hôtel où s’est tenue la conférence internationale contre le terrorisme, à Riyadh, en février 2005.

Agents des forces spéciales saoudiennes postés devant l'hôtel où s’est tenue la conférence internationale contre le terrorisme, à Riyadh, en février 2005.

© AP/PA Photo/Hasan Jamali


22 juillet 2009

« Nous avions peur qu'il lui soit arrivé quelque chose, qu'il ait été torturé. Nous avons appelé la prison, mais on nous a répondu : " Soyez patients, les investigations ne sont pas terminées. " J'ai imploré : " Laissez-moi simplement entendre la voix de mon mari. " Sa disparition a été si soudaine… Ma famille et moi-même n'arrêtions pas de nous demander : pourquoi, mais pourquoi ? »
Épouse de Khalil Abdul Rahman Abdul Karim al Janahi, arrêté à l'aéroport de Riyadh en avril 2007.

Les autorités saoudiennes ont lancé une offensive soutenue contre les droits humains sous couvert de lutte contre le terrorisme, a déclaré Amnesty International dans le nouveau rapport qu'elle publie ce mercredi 22 juillet 2009.

Des milliers de personnes ont été arrêtées et incarcérées dans un secret quasi absolu, tandis que certaines ont trouvé la mort dans des circonstances douteuses. Des centaines d'autres risquent d'être jugées lors de procès secrets et sommaires et d'être exécutées. Beaucoup auraient été torturées afin de leur extorquer des « aveux » ou de les punir après leur condamnation.

Le 8 juillet, le ministère de la Justice a annoncé que 330 personnes avaient été jugées pour des infractions liées au terrorisme et condamnées à des peines allant de simples amendes à la peine de mort. Toutefois, leurs noms n'ont pas été divulgués, pas plus que les détails des charges retenues contre eux – perpétuant le secret absolu qui entoure les procédures judiciaires.

« Ces mesures iniques visant à lutter contre le terrorisme ont mis à mal une situation des droits humains déjà désastreuse, a indiqué Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. Le gouvernement saoudien a usé de sa grande influence sur la scène internationale pour s'en tirer à bon compte. Et la communauté internationale ne lui a pas demandé de répondre de ces violations flagrantes des droits humains. »

Parmi les milliers de personnes détenues aux mains des autorités figurent un certain nombre de prisonniers d'opinion, incarcérés pour avoir critiqué de manière pacifique la politique du gouvernement. Quant à la majorité des détenus, il s'agit de partisans présumés de groupes ou factions islamiques qui dénoncent les liens étroits qu'entretient le gouvernement saoudien avec les États-Unis et d'autres pays occidentaux. Ces groupes ont mené plusieurs attentats contre des Occidentaux notamment et les autorités saoudiennes les qualifient d'« égarés ». D'autres prisonniers sont des personnes renvoyées de force d'Irak, du Pakistan et du Yémen notamment.

« Les atteintes aux droits humains se déroulent sur fond de secret bien gardé. Les détenus sont incarcérés sans avoir la moindre idée de ce qui les attend, a expliqué Malcolm Smart. La plupart sont détenus au secret pendant des années sans jugement et ne sont pas autorisés à consulter un avocat ni à faire appel aux tribunaux pour contester la légalité de leur détention. Ces pratiques ont des effets terriblement destructeurs sur les prisonniers et leurs familles. »

Les mesures antiterroristes adoptées par le gouvernement depuis les attentats commis aux États-Unis le 11 septembre 2001 ont intensifié des pratiques de violations des droits humains déjà bien établies dans le pays.

L'arrestation arbitraire et la détention prolongée de personnes soupçonnées de délits politiques ou d'atteintes à la sûreté de l'État, qui ne bénéficient ni d'un procès ni de la possibilité de consulter un avocat, suscitent depuis longtemps des préoccupations quant à la situation des droits humains en Arabie saoudite. Cependant, si en 2001 les personnes détenues arbitrairement en Arabie saoudite se comptaient par centaines, elles se comptent aujourd'hui par milliers. Il s'agit de Saoudiens et de ressortissants étrangers.

En juillet 2007, le ministre de l'Intérieur a fait savoir que 9 000 personnes soupçonnées d'atteinte à la sûreté de l'État avaient été incarcérées entre 2003 et 2007 et que 3 106 d'entre elles étaient toujours derrière les barreaux. D'autres ont été transférées vers un programme de « rééducation » mis en place par les autorités. On ignore les conditions de leur sélection, tout comme celles de leur libération.

Parmi les méthodes de torture et les mauvais traitements signalés figurent les passages à tabac à l'aide de bâtons, les coups de poing, la suspension au plafond, les décharges électriques et la privation de sommeil. La flagellation est également infligée en tant que châtiment judiciaire, seule ou en complément d'une peine d'emprisonnement ; les peines administrées s'élèvent parfois à des milliers de coups de fouet.

Dans son rapport, Amnesty International insiste sur le fait que les procès des personnes jugées pour des motifs liés à la sécurité ou à la politique en Arabie saoudite se déroulent dans le plus grand secret, au mépris des normes internationales d'équité. En mars 2009, le gouvernement a annoncé que les procès de 991 détenus inculpés de crimes punis de la peine de mort s'étaient ouverts devant un tribunal pénal spécial.

Dans de nombreux cas, les prévenus et leur famille ne sont pas informés de l'évolution des procédures dont ils font l'objet.

Les mesures de lutte contre le terrorisme adoptées depuis 2001 ont retardé la timide réforme amorcée en matière de droits humains en Arabie saoudite. Elles se doublent d'une répression sévère contre toutes les formes de dissidence et d'un système de défense des droits humains manquant de vigueur. Aussi le pays est-il confronté à une absence presque totale de protection des libertés et des droits.

POUR EN SAVOIR PLUS
Participez à la pétition photographique adressée à l'Arabie saoudite (blog Livewire, 17 juillet 2009)

Arabie saoudite. Atteintes aux droits humains au nom de la lutte contre le terrorisme. Introduction et recommandations

Télécharger :
Index AI : MDE 23/009/2009
Date de publication : 22 juillet 2009
Catégorie(s) : Arabie saoudite

Ce document est également disponible en :

Anglais :
Arabe:
Espagnol :