Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

20 septembre 2011

Accusé d'avoir tué l'«homme le plus fort d'Iran», un adolescent doit être pendu le 21 septembre

Accusé d'avoir tué l'«homme le plus fort d'Iran», un adolescent doit être pendu le 21 septembre

Les autorités iraniennes doivent suspendre l'exécution d'un garçon de 17 ans accusé d'avoir tué un athlète connu comme l'« homme le plus fort d'Iran », a déclaré Amnesty International mardi 20 septembre.

Il est prévu qu'Alireza Molla-Soltani soit pendu en public mercredi 21 septembre dans la ville de Karaj, près de Téhéran.

« Le fait que l'Iran ait décidé d'ôter la vie à un garçon de 17 ans illustre tout le mépris des autorités pour les normes internationales en matière de droits humains », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« L'exécution de mineurs délinquants est en outre strictement interdite par certains traités internationaux auxquels l'Iran est partie. Les autorités iraniennes doivent honorer leurs obligations internationales, annuler cette condamnation à mort et réexaminer le cas d'Alireza Molla-Soltani », a-t-elle ajouté.

L'adolescent a été arrêté un jour après que Ruhollah Dadashi, un athlète populaire, eut reçu trois coups de couteau lors d'une dispute liée à la circulation, le 17 juillet. D'après des informations relayées par les médias locaux, Alireza Molla-Soltani dit avoir paniqué et poignardé Ruhollah Dadashi en état de légitime défense après que celui-ci l'eut attaqué dans l'obscurité.

Ruhollah Dadashi aurait frappé Alireza Molla-Soltani à la bouche et l'aurait jeté contre la voiture alors qu'ils se disputaient.

Peu après l'arrestation d'Alireza Molla-Soltani, un procureur a demandé que cette affaire connaisse une « résolution rapide ». Un tribunal de Karaj a déclaré le jeune homme coupable d'« homicide volontaire » et l'a condamné le 20 août à être pendu en public. La Cour suprême iranienne a confirmé cette sentence de mort le 11 septembre.

Alireza Molla-Soltani doit être pendu sur la place Golshiri à Karaj, qui serait le lieu du crime d'après certains médias citant le frère de la victime, qui est légalement tenu d'assister à l'exécution.

Deux des amis de l'adolescent, qui se trouvaient avec lui le soir des faits, devraient recevoir 80 coups de fouet chacun en public en même temps.

« Si nous reconnaissons la gravité du crime dont Alireza Molla-Soltani a été déclaré coupable, pendre un mineur pour avoir semble-t-il agi en état de légitime défense est immoral et douteux sur le plan juridique », a poursuivi Hassiba Hadj Sahraoui.

« Les autorités iraniennes doivent par ailleurs immédiatement annuler les flagellations prévues, et réexaminer la déclaration de culpabilité et la condamnation de ces trois personnes. La flagellation est un châtiment cruel s'apparentant à la torture, qui est interdite par le droit international », a-t-elle conclu.

Aux termes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l'enfant, deux traités internationaux auxquels l'Iran est partie, il est illégal de condamner à mort une personne qui était mineure au moment des faits qui lui sont reprochés.

L'Iran est l'un des très rares pays à continuer d'exécuter des mineurs délinquants. Deux d'entre eux ont été mis à mort dans la ville portuaire de Bandar Abbas, dans le sud du pays, en avril 2011. Amnesty International a également reçu des informations indiquant qu'un autre garçon, Hashem Hamidi, 16 ans, a été exécuté près d'Hamidiya, dans la province du Khuzestan, en avril également. Les autorités n'ont pas annoncé son exécution.

Pour en savoir plus :

La vidéo d'une nouvelle exécution publique en Iran témoigne de la « brutalité » de la peine de mort (nouvelle, 21 juillet 2011)
Iran. Trois mères condamnées à mort en Iran (action urgente, 16 juin 2011)

Campagnes

En finir avec la peine de mort 

Thème

Peine de mort 

Pays

Iran 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »