Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

7 juin 2010

Les clichés de missiles et de bombes en grappe montrent du doigt le rôle des États-Unis dans une attaque meurtrière au Yémen

Les clichés de missiles et de bombes en grappe montrent du doigt le rôle des États-Unis dans une attaque meurtrière au Yémen

Amnesty International a diffusé des photographies d'un missile de croisière de fabrication américaine qui transportait des bombes à sous-munitions, prises semble-t-il à la suite d'une attaque contre un camp d'entraînement présumé d'Al Qaïda au Yémen qui a tué 41 civils, dont 14 femmes et 21 enfants.

L'attaque du 17 décembre 2009 contre le village d'al Maajala, dans le gouvernorat d'Abyan, dans le sud du Yémen, a fait 55 victimes, dont 14 membres présumés d'Al Qaïda.

« Une frappe militaire de cette nature contre des militants présumés, sans tenter de les arrêter, est pour le moins illégale. Au regard du grand nombre de femmes et d'enfants victimes de cette attaque, il est clair qu'elle était totalement irresponsable, notamment lorsque l'on sait que des bombes à sous-munitions ont probablement été employées », a indiqué Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

Le gouvernement du Yémen a revendiqué l'entière responsabilité de l'attaque contre al Maajala, dans le district d'al Mahfad, dans le gouvernorat d'Abyan, où Al Qaïda aurait installé un camp d'entraînement.

Peu après cette frappe, des médias américains ont relayé des déclarations qui émaneraient de sources anonymes au sein du gouvernement des États-Unis, selon lesquelles des missiles de croisière américains avaient été tirés sur ordre du président contre deux sites présumés d'Al Qaïda au Yémen.

« À la lumière des preuves fournies par ces photographies, le gouvernement américain doit dévoiler le rôle qu'il a joué dans l'attaque contre al Maajala et tous les gouvernements impliqués doivent indiquer quelles mesures ils ont prises pour éviter les victimes inutiles », a estimé Philip Luther.

Les photographies permettent d'identifier avec certitude les débris du missile, qui proviendraient de la charge, du milieu et de l'arrière du corps, ainsi que des sections de propulsion d'un missile de croisière terrestre BGM-109D Tomahawk.

Ce type de missile, tiré à partir d'un navire de guerre ou d'un sous-marin, est conçu pour porter une charge de 166 bombes à sous-munitions (petites bombes) qui explosent chacune en plus de 200 fragments d'acier tranchants pouvant causer des blessures dans un rayon de 150 mètres. Une substance incendiaire contenue dans la minibombe disperse également des fragments de zirconium destinés à mettre le feu aux objets inflammables se trouvant à proximité.

Une autre photographie, prise semble-t-il une demi-heure après les autres, montre une sous-munition – qui n'a pas explosé – de type BLU 97 A/B, que transportent les missiles BGM-109D. Il semble que seules les forces américaines détiennent ces missiles et il est peu probable que les forces armées du Yémen soient en mesure d'en utiliser.

Amnesty International a réclamé au Pentagone des informations sur l'implication des forces américaines dans l'attaque d'al Maajala et les précautions prises en vue de limiter les morts et les blessés. Elle n'a pas encore reçu de réponse.

« Amnesty International est vivement préoccupée par les éléments tendant à prouver que des bombes à sous-munitions ont été employées au Yémen, lors même que la plupart des États à travers le monde s'engagent à interdire complètement ces armes, a indiqué Mike Lewis, chercheur sur le contrôle des armes à Amnesty International.

« Les bombes à sous-munitions ont des effets non discriminants et les minibombes qui n'ont pas explosé sont une menace pendant des années pour la vie et les moyens de subsistance des populations. Tous les gouvernements qui en utilisent doivent de toute urgence fournir une aide afin de neutraliser les bombes n'ayant pas explosé. »

Ni les États-Unis ni le Yémen n'ont encore signé la Convention sur les armes à sous-munitions, traité visant à interdire totalement ces armes qui doit entrer en vigueur le 1er août 2010.

La commission parlementaire yéménite qui a enquêté sur l'attaque du 17 décembre 2009 a conclu en février que 41 personnes décrites comme des civils avaient trouvé la mort. Dans son rapport, elle a déclaré qu'à son arrivée sur les lieux à al Maajala, elle avait constaté que « toutes les maisons et ce qu'elles contenaient avaient brûlé ; il ne restait que des traces de meubles ».

Elle a « remarqué des traces de sang des victimes et plusieurs cratères dans le sol dus au bombardement […] ainsi que plusieurs bombes n'ayant pas explosé ». L'un des survivants a raconté à la commission que les membres de sa famille, tués alors qu'ils n'avaient commis aucun crime, dormaient lorsque les missiles ont frappé, dans la matinée du 17 décembre 2009.

Dans son rapport, la commission parlementaire a recommandé au gouvernement du Yémen d'ouvrir une information judiciaire sur cette attaque et de traduire en justice les responsables présumés de la mort des civils. À la connaissance d'Amnesty International, rien n'a été fait.

La commission a relayé des déclarations des autorités du gouvernorat d'Abyan, selon lesquelles 14 membres présumés d'Al Qaïda avaient péri lors de l'attaque, tout en ajoutant qu'elle n'était pas en mesure d'obtenir des informations le confirmant et que les autorités d'Abyan lui avaient fourni l'identité d'une seule de ces 14 personnes.

Image 1, informations supplémentaires : le missile de croisière BGM-109D Tomahawk aurait transporté des bombes en grappe 166 BLU 97, conçues pour se disperser sur un large périmètre, frappant sans discrimination lorsqu'elles sont employées dans des zones civiles. En outre, beaucoup n'explosent pas lors de l'impact, comme le montre cette photographie, mais un mouvement risque de les déclencher par la suite, ce qui constitue un danger pour les populations pendant des mois voire des années après les attaques.

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Enfants 
Équipement militaire, de sécurité et de police 

Pays

Yémen 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Campagnes

Contrôle des armes et droits humains 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

22 juillet 2014

Le gouvernement gambien doit abolir les lois et pratiques draconiennes à l’origine de deux décennies de violations généralisées des droits humains, a déclaré Amnesty... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »