Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

28 novembre 2011

Colombie : l'homicide de captifs pourrait constituer un «crime de guerre»

Colombie : l'homicide de captifs pourrait constituer un «crime de guerre»
Les FARC se livrent depuis des années à des enlèvements de civils et à des prises d'otages.

Les FARC se livrent depuis des années à des enlèvements de civils et à des prises d'otages.

© AP


S'il est avéré que ces quatre captifs ont été tués dans les circonstances décrites, il s'agirait alors d'un crime de guerre.
Source: 
Marcelo Pollack, chercheur sur la Colombie à Amnesty International
Date: 
Lu, 28/11/2011

Amnesty International a fait part de ses préoccupations quant aux informations selon lesquelles un mouvement de guérilla colombien a exécuté quatre membres des forces de sécurité colombiennes qu'il maintenait en captivité depuis au moins 12 ans.

Ces homicides auraient eu lieu le 26 novembre lors d'une opération militaire mise sur pied pour libérer des soldats et des policiers détenus par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) dans le sud du pays.

Selon des informations officielles, le commissaire principal Álvaro Moreno, le colonel de police Édgar Yesid Duarte, le commandant de police Elkín Hernández Rivas et le sergent de l'armée Libio José Martínez étaient enchaînés lorsqu'ils ont été abattus à bout portant.

Trois d'entre eux auraient été tués d'une balle dans la tête et le quatrième d'une balle dans le dos. Un cinquième prisonnier, le brigadier de police Luis Alberto Erazo, est parvenu à s'enfuir.

« S'il est avéré que ces quatre captifs ont été tués dans les circonstances décrites, il s'agirait alors d'un crime de guerre, a indiqué Marcelo Pollack, chercheur sur la Colombie à Amnesty International.

« Les FARC ont le devoir de traiter avec humanité tous les membres des forces de sécurité capturés, dans le respect du droit international humanitaire. »

Par ailleurs, Amnesty International a à maintes reprises appelé les FARC à mettre un terme aux enlèvements de civils et aux prises d'otages. Ce mouvement détient certaines personnes en captivité depuis 10 ans, voire plus.

Amnesty International invite les autorités colombiennes à veiller à ce que les responsables présumés de ces derniers homicides soient déférés à la justice.

D'autre part, le Congrès colombien débat actuellement de réformes qui pourraient déboucher sur le fait que les membres des mouvements de guérilla et des forces de sécurité échappent à toute poursuite pour de graves atteintes aux droits humains. Si ces réformes sont adoptées, ils n'auront peut-être pas à avouer leurs crimes devant une cour de justice.

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 

Pays

Colombie 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »