Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

22 août 2012

Guatemala : un ancien chef de la police condamné dans une affaire de disparition datant des années 1980

Guatemala : un ancien chef de la police condamné dans une affaire de disparition datant des années 1980
Un tribunal de Guatemala a déclaré l'ancien chef de la police Pedro García Arredondo coupable d'avoir ordonné la disparition forcée d'un étudiant en agronomie.

Un tribunal de Guatemala a déclaré l'ancien chef de la police Pedro García Arredondo coupable d'avoir ordonné la disparition forcée d'un étudiant en agronomie.

© JOHAN ORDONEZ/AFP/GettyImages


Il a fallu plus de 30 ans à la justice pour rattraper Pedro García Arredondo, mais cette décision lance un nouveau message fort et fait savoir que les responsables de violations des droits humains commises par le passe au Guatemala devront répondre de leurs actes.
Source: 
Sebastian Elgueta, spécialiste de l'Amérique centrale à Amnesty International.
Date: 
Me, 22/08/2012

Un tribunal guatémaltèque a condamné un ancien chef de la police à 70 ans de prison pour la disparition et les actes de torture dont a été victime un étudiant en 1981. Pour Amnesty International, ce jugement est un message fort qui montre que, même 30 ans après, justice peut être rendue.

Mardi 21 août, un tribunal de Guatemala a déclaré Pedro García Arredondo, ancien chef enquêteur de la Police nationale (qui n'existe plus), coupable d'avoir ordonné la disparition forcée de l'étudiant en agronomie Édgar Enrique Sáenz Calito au cours du long conflit armé interne qui a sévi dans ce pays.

La disparition forcée est un crime de droit international ; le tribunal a en outre estimé que les actes de torture subis par la victime en détention équivalaient à un crime contre l'humanité.

« Il a fallu plus de 30 ans à la justice pour rattraper Pedro García Arredondo, mais cette décision lance un nouveau message fort et fait savoir que les responsables de violations des droits humains commises par le passe au Guatemala devront répondre de leurs actes », a déclaré Sebastian Elgueta, spécialiste de l'Amérique centrale à Amnesty International.

Le procès de Pedro García Arredondo a couvert en détail la manière dont il a « planifié, contribué à et facilité » la disparition forcée de Édgar Enrique Sáenz Calito et le tribunal a estimé, dans son jugement, que cet homme avait « pleine autorité et, en conséquence, connaissance de ce qu'il était advenu de la personne “disparue” ».

Le 4 mars 1981, des membres du Commando Six de la Police nationale ont arrêté Édgar Enrique Sáenz Calito au prétexte qu'il était soupçonné d'atteinte à la sécurité nationale car il avait été surpris en train de transporter des documents concernant un groupe de résistance armée, l'Organisation révolutionnaire du peuple en armes (ORPA).

Des témoins ont affirmé qu'Édgar Enrique Sáenz Calito avait été conduit dans la pièce que les policiers du Commando Six utilisaient généralement pour les interrogatoires de personnes soupçonnées d'appartenir à des mouvements de guérilla.

La femme de la victime, Violeta Ramírez Estrada, a expliqué au tribunal qu'elle avait rendu visite à son mari dans un hôpital pénitentiaire après son arrestation et qu'il portait des marques indiquant qu'il avait été torturé. Il avait été roué de coups, soumis à des simulacres de noyade, brûlé avec des cigarettes et il avait reçu des décharges électriques dans les parties génitales.

Faute de preuves contre lui, il a été libéré le 9 juin 1981 mais, quelques minutes après son départ du bâtiment abritant le Commando Six, quatre hommes en civil l'ont forcé à monter à bord d'un véhicule dans lequel ils sont partis.

Violeta Ramírez Estrada a expliqué que le harcèlement incessant dont elle a fait l'objet après la « disparition » de son mari l'a poussée à partir en exil avec sa fille.

« Les forces de sécurité guatémaltèques ont fait vivre un cauchemar à Édgar Enrique Sáenz Calito et à sa famille, mais justice a enfin été rendue. Grâce à cette décision, des dizaines de milliers d'autres victimes et proches de victimes vont pouvoir espérer voir leurs persécuteurs rendre des comptes pour les horreurs commises durant la guerre civile au Guatemala », a déclaré Sebastian Elgueta.

L'ouverture des archives de la police remontant aux années 1980 a facilité l'enquête et les poursuites contre Pedro García Arredondo.

Amnesty International demande que soient déclassifiées les archives de l'armée datant de la même époque, car cela pourrait aider à résoudre de nombreuses autres affaires de violations des droits humains et permettre de traduire les responsables présumés en justice.

Selon les estimations, au cours des 36 années qu'a duré le conflit armé interne qui a débuté en 1960 au Guatemala, 200 000 personnes auraient été tuées, dont 45 000 auraient été victimes de disparition forcée et de torture.

Un accord de paix signé en 1996 a mis un terme à ce conflit mais ce n'est qu'en 2008 qu'a débuté le premier procès pour disparition forcée dans le pays.

Le Parlement guatémaltèque a présenté en 2007 une proposition de loi pour la création d'un comité de recherche national qui apporterait son aide au travail d'enquête, essentiel, dans les affaires de disparition forcée. Amnesty International appelle le Parlement à œuvrer pour que cette proposition soit adoptée.

Plusieurs autres procès très suivis au Guatemala ont vu des soldats et des officiers de l'armée à la retraite être poursuivis et, parfois, condamnés pour des crimes contre l'humanité.

En particulier, l'ancien dirigeant militaire José Efraín Ríos Montt est poursuivi pour le génocide de villageois mayas.

« Les efforts actuels visant à traduire en justice les responsables présumés de violations des droits humains commis au cours du conflit armé interne de Colombie doivent se poursuivre », a ajouté Sebastian Elgueta.

Thème

Conflit armé 
Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Mort en détention 
Disparitions et enlèvements 
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Guatemala 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »