Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

25 septembre 2012

Honduras. Après le meurtre d'un avocat défenseur des droits humains, la mobilisation des autorités est plus que jamais nécessaire

Honduras. Après le meurtre d'un avocat défenseur des droits humains, la mobilisation des autorités est plus que jamais nécessaire
Funérailles d'Antonio Trejo, qui défendait les droits à la terre de paysans honduriens.

Funérailles d'Antonio Trejo, qui défendait les droits à la terre de paysans honduriens.

© ORLANDO SIERRA/AFP/GettyImages


Ce meurtre inadmissible sème la peur parmi la communauté hondurienne des militants des droits humains. Il doit agir comme un signal d'alarme pour les autorités et leur faire prendre conscience de la nécessité absolue de renforcer massivement leur action en faveur de la protection des défenseurs des droits humains et des victimes de violations.
Source: 
Guadalupe Marengo, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International

Le meurtre inacceptable d'un avocat hondurien spécialisé dans la défense des droits humains met en relief la nécessité pour les autorités du pays de renforcer leur action pour protéger les défenseurs des droits humains et toutes celles et ceux pour qui ils travaillent, a déclaré Amnesty International le 25 septembre.

Antonio Trejo Cabrera est mort dans la soirée du 22 septembre après que des hommes armés eurent tiré sur lui à cinq reprises devant un édifice où avait lieu un mariage, dans la banlieue sud de la capitale, Tegucigalpa. Selon la presse, l'attaque armée porte la marque d'un acte soigneusement préparé et exécuté par des experts.

L'avocat avait signalé avoir reçu des menaces de mort liées à son travail en faveur de victimes de violations des droits humains qu'il représentait dans le cadre d'un conflit foncier dans la région de Bajo Aguán, dans le nord du pays.

« Ce meurtre inadmissible sème la peur parmi la communauté hondurienne des militants des droits humains. Il doit agir comme un signal d'alarme pour les autorités et leur faire prendre conscience de la nécessité absolue de renforcer massivement leur action en faveur de la protection des défenseurs des droits humains et des victimes de violations, a déclaré Guadalupe Marengo, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International.

« Le président Lobo doit publier sans attendre une déclaration claire exprimant sa consternation face à cet acte et affirmant son soutien aux défenseurs des droits humains, ainsi que son engagement en faveur de leur droit de mener leurs activités sans être la cible de menaces, d'attaques et d'actes d'intimidation.

« Il faut mener une enquête exhaustive, indépendante et impartiale sur ce meurtre, et traduire en justice les responsables présumés. Ne pas le faire équivaudrait à envoyer le dangereux message que les autorités honduriennes ne parviennent pas à protéger les défenseurs des droits humains ni à garantir le respect de l'état de droit, ou ne veulent pas s'y employer. »

Le conflit à Bajo Aguán

Antonio Trejo était l'avocat de trois coopératives paysannes impliquées dans un complexe conflit foncier à Bajo Aguán, une vallée fertile du nord du pays.

Il avait aidé les agriculteurs à récupérer leurs droits à la terre dans cette vallée et devait se rendre à Washington (États-Unis) en octobre pour participer à des audiences de la Commission interaméricaine des droits de l'homme sur le conflit en cours.

Ces dernières années, des milliers d'ouvriers agricoles sans terre ont occupé des terres dont ils avaient selon eux été expropriés par de riches propriétaires et de grandes entreprises. Les batailles judiciaires en cours depuis plus de 10 ans ont été émaillées de décisions et recours successifs, et de multiples expulsions forcées.

Des affrontements violents sont intervenus à de nombreuses reprises, faisant des dizaines de morts ces trois dernières années – essentiellement des paysans, mais aussi des employés de grands propriétaires.

Les violences se poursuivent, bien que le gouvernement ait obtenu des propriétaires de la vallée un accord prévoyant la restitution de quelque 1 600 hectares de terres agricoles à des coopératives paysannes.

De agents de sécurité privés travaillant pour des propriétaires terriens et des entreprises de Bajo Aguán ont été accusés de nombreuses atteintes aux droits humains, notamment de menaces visant des paysans locaux, de viols et d'autres agressions violentes.

« Il faut s'attaquer de toute urgence aux racines de ces violences et à l'impunité qui règne, afin d'éviter une nouvelle aggravation de la situation dans la région de Bajo Aguán », a conclu Guadalupe Marengo.

Thème

Militants 
Exigeons la dignité 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Personnes en danger 

Pays

Honduras 

Région ou pays

Amériques 

Campagnes

Exigeons la dignité 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

29 juillet 2014

Le parti au pouvoir au Burundi mène une campagne musclée d’intimidation contre les détracteurs du gouvernement, et son organisation de jeunesse commet des crimes en toute... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
25 juillet 2014

Des experts d'Amnesty International répondent à certaines des questions soulevées par le conflit Israël/Gaza.

Pour en savoir plus »