Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

5 mars 2012

Iran : un avocat spécialiste des droits humains doit être libéré et sa condamnation à la réclusion annulée

Iran : un avocat spécialiste des droits humains doit être libéré et sa condamnation à la réclusion annulée
L'avocat iranien spécialiste des droits humains Abdolfattah Soltani a été condamné à 18 ans d'emprisonnement sur la base d'accusations motivées par des considérations politiques.

L'avocat iranien spécialiste des droits humains Abdolfattah Soltani a été condamné à 18 ans d'emprisonnement sur la base d'accusations motivées par des considérations politiques.

© DR


Abdolfattah Soltani étant l'un des défenseurs des droits humains les plus connus et les plus courageux d'Iran, il ne fait aucun doute qu'il est persécuté en raison de son travail légitime en tant qu'avocat de la défense.
Source: 
Ann Harrison, directrice adjointe par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International
Date: 
Lu, 05/03/2012

Il faut que les autorités iraniennes annulent la condamnation à 18 années de réclusion récemment prononcée contre Abdolfattah Soltani, avocat bien connu spécialiste des droits humains, et libèrent cet homme immédiatement et sans condition, a demandé avec force Amnesty International.

On ignore si Abdolfattah Soltani a été informé de la décision du Tribunal révolutionnaire de Téhéran ; sa famille et son avocat en ont pris connaissance dimanche 4 mars.

Arrêté le 10 septembre 2011, Abdolfattah Soltani était notamment accusé de « diffusion de propagande contre le régime », de « création d'un groupe d'opposition illégal » et de « rassemblement et collusion avec l'intention de porter atteinte à la sécurité nationale ».

Il était également accusé d'« avoir accepté un prix illégal et des revenus illégaux » parce qu'il a accepté le prix international des droits humains de Nuremberg en 2009.

Amnesty International a déjà reconnu cet avocat de 58 ans, qui fait partie des membres fondateurs du Centre de défense des droits humains, comme un prisonnier d'opinion détenu uniquement pour avoir exercé de manière pacifique son droit à la liberté d'expression et d'association, notamment dans son travail d'avocat de la défense et au sein du Centre.

« Abdolfattah Soltani étant l'un des défenseurs des droits humains les plus connus et les plus courageux d'Iran, il ne fait aucun doute qu'il est persécuté en raison de son travail légitime en tant qu'avocat de la défense », a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Il est lamentable de voir les avocats de la défense rejoignent leurs clients en cellule. Les autorités iraniennes doivent annuler cette condamnation et libérer cet homme immédiatement et sans condition. »

La décision de justice prise à son encontre interdit pour 20 ans à Abdolfattah Soltani d'exercer sa profession et prévoit son transfert de la prison d'Evin, à Téhéran, vers une prison située à Borazjan, une ville isolée qui se trouve à près de 1 000 kilomètres de la capitale, ce qui va rendre les visites difficiles pour sa famille.

La famille d'Abdolfattah Soltani a annoncé aux médias qu'il compte faire appel.

Avant son procès, des agents du ministère du Renseignement avaient menacé Abdolfattah Soltani de 20 ans d'emprisonnement.

En novembre 2011, Mohammad Javad Larijani, un haut fonctionnaire du système judiciaire iranien, a déclaré lors d'une conférence de presse des Nations unies qu'Abdolfattah Soltani avait été placé en détention car il était soupçonné de « relations avec des groupes terroristes » responsables de la mort de 10 000 personnes en Iran.

La famille de l'avocat a par la suite déclaré à Amnesty International que ce dernier niait catégoriquement cette accusation et qu'il espérait porter plainte contre Mohammad Javad Larijani pour ces déclarations.

Abdolfattah Soltani a été arrêté à plusieurs reprises par le passé. En 2005, il a passé sept mois derrière les barreaux avant d'être finalement relaxé de tous les chefs d'accusation retenus contre lui. Il a également passé deux mois en détention en 2009.

Dans un rapport publié fin février
, Amnesty International a signalé un durcissement radical de la répression exercée par les autorités iraniennes contre la liberté d'expression à l'approche des élections législatives, qui ont eu lieu le 2 mars.

Au cours des dernières années, le harcèlement, les arrestations et l'emprisonnement de défenseurs des droits humains, en particulier des droits des femmes, se sont intensifiés. Plusieurs organisations non gouvernementales ont été fermées, y compris le Centre de défense des droits humains.

Au moins neuf autres avocats de la défense sont encore derrière les barreaux, dont Nasrin Sotoudeh, Mohammad Seyfzadeh, Javid Houtan Kiyan et Mostafa Daneshju. La plupart d'entre eux, sinon tous, sont reconnus comme des prisonniers d'opinion par Amnesty International.

« La montée du harcèlement et des mesures punitives visant les avocats spécialistes des droits humains et d'autres personnes ayant un point de vue dissident en Iran est encore un autre signe de la dégradation de la situation en matière de droits humains dans le pays », a regretté Ann Harrison.

« Les défenseurs des droits humains, y compris les avocats de la défense, cherchent à protéger le droit à la liberté d'expression, d'association et de réunion pour tous. Lorsqu'ils sont emprisonnés en raison de leurs activités pacifiques, cela envoie un message effrayant à quiconque voudrait dénoncer les actes du gouvernement. »

Thème

Militants 
Détention 
Liberté d'expression 
Prisonniers d'opinion 

Pays

Iran 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

10 juillet 2014

Amnesty International rend publics les noms de certaines des personnes soupçonnées d’avoir ordonné ou commis les atrocités qui se déroulent actuellement en République... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »