Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

27 août 2013

Raid israélien dans un camp de réfugiés de Cisjordanie : les responsables des homicides doivent rendre des comptes

Raid israélien dans un camp de réfugiés de Cisjordanie : les responsables des homicides doivent rendre des comptes
Des protestations ont eu lieu en Cisjordanie, lors des funérailles des trois Palestiniens tués lundi 26 août.

Des protestations ont eu lieu en Cisjordanie, lors des funérailles des trois Palestiniens tués lundi 26 août.

© Ilia Yefimovich/Getty Images


L’usage intentionnellement meurtrier d’armes à feu – comme des tirs à balles réelles visant le haut du corps – n’est autorisé que si cela est absolument inévitable pour protéger des vies humaines.
Source: 
Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International
Date: 
Ma, 27/08/2013

Trois hommes ont été tués par balles lundi 26 août en Cisjordanie occupée lors d’un raid mené dans un camp de réfugiés palestiniens pour procéder à des arrestations. Tout porte à croire que ces homicides sont illégaux et que les forces israéliennes en sont responsables, a déclaré Amnesty International.

Dix-neuf autres personnes, dont six enfants, ont été blessées par des balles réelles tirées au cours du raid dans le camp de réfugiés de Qalandia. Il s’agit du plus grand nombre de victimes causées par une opération israélienne en Cisjordanie cette année. Cinq personnes, dont trois enfants, présentaient des blessures au haut du corps.

« L’usage intentionnellement meurtrier d’armes à feu – comme des tirs à balles réelles visant le haut du corps – n’est autorisé que si cela est absolument inévitable pour protéger des vies humaines », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Au vu des morts et du grand nombre de victimes, on peut se demander si ces troupes israéliennes puissamment armées ont agi en conformité avec les normes internationales. »

Rubin Abd al Rahman Zayed, un employé de 34 ans de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient), a été tué. Des soldats israéliens lui ont tiré dessus depuis un véhicule militaire alors qu’il sortait du camp après le raid. Il a été atteint à la poitrine.

Les organisations locales de défense des droits humains ont déclaré à Amnesty International que la zone était calme à ce moment, et que les soldats ne devaient pas faire face à des violences ou à des menaces lorsque Rubin Abd al Rahman Zayed a été abattu.

« Les circonstances de la mort de Rubin Abd al Rahman Zayed évoquent une exécution extrajudiciaire contraire au droit international », a ajouté Philip Luther.

« L’homicide intentionnel de civils est aussi un crime de guerre en vertu de la quatrième Convention de Genève, qu’Israël doit respecter en tant que puissance occupante dans les territoires palestiniens. »

Au cours du raid, les forces israéliennes ont également tué Younes Jamal Jahjouh et Jihad Mansour Aslan. Un porte-parole d’un complexe médical palestinien a informé Amnesty International que les deux hommes avaient été touchés à la poitrine.

Les Forces de défense d’Israël (FDI) ont déclaré que les soldats avaient recouru aux armes à feu parce qu’ils estimaient que leur vie était menacée, du fait que les Palestiniens lançaient des pierres et d’autres objets sur leurs véhicules. Les FDI ont également affirmé que les Palestiniens avaient tiré sur leurs jeeps, et que quatre balles avaient été extraites de ces véhicules après le raid.

« Même si les troupes israéliennes se sentaient menacées, elles avaient la responsabilité de réduire les risques pour les personnes ne présentant pas une menace, et ne devaient utiliser les armes à feu qu’en dernier recours », a expliqué Philip Luther.

« Ce raid meurtrier semble être un nouvel exemple de l’usage excessif de la force par les troupes israéliennes dans les territoires palestiniens occupés. Au lieu de mener des enquêtes impartiales et indépendantes, et de veiller à ce que leurs soldats respectent le droit international, les porte-paroles israéliens tentent déjà de rejeter les objections concernant ces homicides et blessures graves ».

Les FDI ont déclaré que, selon leur enquête préliminaire, les soldats avaient agi « conformément à ce qui était prévu [... et que leur comportement] était contrôlé et proportionné. »

Amnesty International a déjà exprimé son inquiétude du fait que les enquêtes de l’armée israélienne ne sont pas conformes aux normes internationales et entraînent une impunité quasi-totale pour les auteurs présumés d’homicides illégaux. Tout homicide ou toute blessure grave d’un civil par les forces armées israéliennes doit faire l’objet d’une enquête indépendante et impartiale dans les meilleurs délais. Les responsables présumés d’homicides illégaux ou d’usage arbitraire ou excessif de la force doivent être amenés à rendre des comptes devant des tribunaux civils, conformément aux normes d’équité des procès.

Après les homicides de lundi, des manifestations ont éclaté en Cisjordanie, notamment à Jérusalem-Est. Selon les sources, de nouvelles arrestations ont eu lieu et d’autres personnes ont été blessées.

Avant le raid de lundi à Qalandia, les forces israéliennes avaient tué 10 civils palestiniens en Cisjordanie au cours de l’année 2013. L’opération la plus récente avait eu lieu à Jénine, le 20 août. Amnesty International a enquêté sur plusieurs de ces homicides et a recueilli des informations prouvant qu’ils étaient illégaux.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies a recensé 2 877 civils palestiniens blessés par les forces israéliennes en Cisjordanie au cours des sept premiers mois de l’année 2013.

Thème

Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 

Pays

Israël et territoires palestiniens occupés 
Autorité palestinienne 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »