Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

3 mai 2013

Syrie : les journalistes pris pour cible dans le cadre du conflit

Syrie : les journalistes pris pour cible dans le cadre du conflit
Des dizaines de journalistes ont été tués en Syrie ces deux dernières années, victimes d'arrestations arbitraires, incarcérés, soumis à des disparitions forcées ou torturés.

Des dizaines de journalistes ont été tués en Syrie ces deux dernières années, victimes d'arrestations arbitraires, incarcérés, soumis à des disparitions forcées ou torturés.

© REUTERS/Shaam News Network/Handout


Les attaques visant délibérément des civils, des journalistes notamment, s'apparentent à des crimes de guerre dont les auteurs présumés doivent être traduits en justice.
Source: 
Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Des dizaines de journalistes ayant rendu compte d'atteintes aux droits humains en Syrie ont été tués, victimes d'arrestations arbitraires, incarcérés, soumis à des disparitions forcées ou torturés ces deux dernières années, écrit Amnesty International dans un rapport rendu public vendredi 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse.

Ces violations ont été perpétrées par les autorités syriennes et des groupes armés d'opposition, faisant de la Syrie un pays très dangereux pour l'exercice du journalisme.

Le rapport d'Amnesty International, intitulé Shooting the Messenger: Journalists targeted by all sides in Syria, revient sur des dizaines d'agressions et d'arrestations de journalistes et de professionnels des médias survenues depuis le début du soulèvement de 2011. Le but de ces manœuvres était de les empêcher de faire état de la situation en Syrie, notamment des violations des droits humains.

Il décrit par ailleurs le rôle crucial joué par les journalistes citoyens, dont beaucoup risquent leur vie afin de garantir que le monde extérieur obtienne des informations sur ce que traverse le pays. Comme les journalistes professionnels, ces personnes font l'objet de représailles visant à les dissuader de poursuivre leurs activités.

Les journalistes ne sont pas les seuls civils menacés en Syrie, mais jusqu'à présent 36, voire plus, ont perdu la vie dans le cadre d'attaques ciblées présumées.

« Nous avons une nouvelle fois réuni des informations sur la manière dont toutes les parties au conflit portent atteinte aux lois de la guerre, même si les violations commises par les forces gouvernementales restent bien plus nombreuses », a indiqué Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Les attaques visant délibérément des civils, des journalistes notamment, s'apparentent à des crimes de guerre dont les auteurs présumés doivent être traduits en justice. »

Cela fait des décennies que les journaux indépendants, les stations de radio et les chaînes de télévision ne sont pas autorisés à fonctionner librement en Syrie.

L'état d'urgence, en vigueur de 1963 à avril 2011, a été levé mais des journalistes continuent à être persécutés pour avoir évoqué toutes sortes de sujets, et notamment les violations des droits humains commises par les autorités.

Les nouvelles lois censées favoriser une plus grande liberté d'expression n'ont rien fait pour améliorer la situation de manière concrète.

En 2011, les autorités syriennes ont intensifié leurs tactiques répressives visant à empêcher que l'on ne parle du soulèvement – alors majoritairement pacifique – en interdisant aux grands médias de couvrir les événements entre mars et décembre.

Les lourdes restrictions imposées aux grands médias ont mené à une montée en puissance du journalisme citoyen, c'est-à-dire la publication sur les sites de réseaux sociaux d'informations relatives au conflit par des personnes qui ne sont pas des journalistes professionnels.

Les professionnels des médias visés incluent Salameh Kaileh, un écrivain et journaliste palestinien arrêté le 24 avril 2012 par le service de renseignement de l'armée de l'air après avoir critiqué la nouvelle Constitution.

Il a été emmené dans un centre de détention de Damas, où il a été forcé à se mettre en sous-vêtements dans une pièce où étaient incarcérés 35 hommes. Il a déclaré à Amnesty International qu'on lui avait bandé les yeux et qu'il avait été soumis à la torture de la falaqa (coups assenés sur la plante des pieds).

Il a même été torturé lors de son transfert vers un hôpital, avant d'être finalement libéré puis expulsé vers la Jordanie.

Dans un autre cas, Mohammed al Saeed, présentateur sur une chaîne de télévision publique, aurait été enlevé chez lui à Damas en juillet 2012 et sommairement exécuté par Jabhat Al Nusra, un groupe islamiste armé d'opposition.

« Cela fait plus de deux ans que nous demandons à la communauté internationale de prendre des mesures dignes de ce nom afin que les auteurs présumés de crimes de droit international et d'autres violations, quel que soit le camp auquel ils appartiennent, soient amenés à rendre des comptes, et pour que les victimes bénéficient de réparations. Or les Syriens attendent toujours », a expliqué Ann Harrison.

« Combien d'autres preuves que des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ont été commis faut-il fournir au Conseil de sécurité des Nations unies avant qu'il ne confie le dossier syrien au procureur de la Cour pénale internationale ? »

Thème

Militants 
Conflit armé 
Groupes armés 
Détention 
Exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux 
Liberté d'expression 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Syrie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

FICHE

Syrie. Feu sur les messagers. Les journalistes pris pour cibles par toutes les parties en Syrie

Télécharger :


Ce document est également disponible en :

Anglais
Arabe
Espagnol

Suivre #eyesonsyria @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 octobre 2014

Le président tchadien Idriss Déby a été mis en garde au sujet du projet de loi homophobe actuellement examiné par le Parlement : son adoption constituerait une violation... Pour en savoir plus »

04 octobre 2014

Les États-Unis sont quasiment le seul pays du monde à incarcérer des milliers de prisonniers en isolement cellulaire pendant de longues périodes ou pour une durée indéterminée... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

11 octobre 2014

Des militants à Saint-Pétersbourg racontent comment l’homophobie héritée du passé et la nouvelle loi sur la « propagande de l’homosexualité » renforcent la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »