Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

12 mars 2013

Maintien en détention d'un journaliste libyen accusé de diffamation à la suite d'un article sur la corruption

Maintien en détention d'un journaliste libyen accusé de diffamation à la suite d'un article sur la corruption
Un rédacteur en chef doit comparaître en Libye lundi 18 mars après avoir rendu publique une liste de magistrats semble-t-il impliqués dans des affaires de corruption.

Un rédacteur en chef doit comparaître en Libye lundi 18 mars après avoir rendu publique une liste de magistrats semble-t-il impliqués dans des affaires de corruption.

© AFP/Getty Images


Priver un journaliste de liberté parce qu'il a publié un article sur la corruption rappelle les pratiques en vigueur à l'époque du colonel Kadhafi. Il faut libérer Amara Abdalla al Khatab immédiatement et sans condition
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Il faut libérer immédiatement et sans condition un rédacteur libyen incarcéré depuis le 19 décembre pour avoir publié une liste de juges semble-t-il impliqués dans des affaires de corruption, a déclaré Amnesty International mardi 12 mars.

Amara Abdalla al Khatabi, 67 ans, est actuellement détenu à la prison d'Hudba, à Tripoli, la capitale libyenne ; il est accusé de diffamation car son journal a rendu publique une liste de 84 juges s'étant selon lui rendus coupables de faits de corruption.

Il observe une grève de la faim depuis le 28 février afin de protester contre son arrestation et son maintien en détention. Sa santé risque de se détériorer rapidement car il souffre de plusieurs maladies chroniques, notamment de diabète et d'hypertension.

« Nous sommes très inquiets pour la santé d'Amara Abdalla al Khatabi. Priver un journaliste de liberté parce qu'il a publié un article sur la corruption rappelle les pratiques en vigueur à l'époque du colonel Kadhafi. Il faut libérer Amara Abdalla al Khatab immédiatement et sans condition », a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Les restrictions à la liberté d'expression et la corruption généralisée faisaient partie des griefs ayant mené au soulèvement populaire de 2011 et conduit à la chute du gouvernement Kadhafi. Il est choquant de constater que les autorités libyennes continuent à user des mêmes vieilles tactiques afin d'empêcher les journalistes de s'exprimer haut et fort sur des sujets tels que la corruption. »

Amara Abdalla al Khatabi a été arrêté le 19 décembre 2012, un mois après la publication de l'article.

Des charges ont été retenues contre lui en relation avec l'enregistrement de son journal et pour « outrage à l'institution judiciaire ».

Il y a encore peu, il n'était pas permis à sa famille ni à ses avocats de lui rendre visite en prison. Son avocat n'a pu consulter son dossier que le 11 mars, juste avant une audience.

Lors de cette audience, Amara Abdalla al Khatabi était si diminué qu'il ne pouvait marcher seul. Son avocat affirme qu'il a perdu connaissance durant les débats et que ses requêtes en faveur d'un transfert à l'hôpital ont été rejetées.

Le procès a été repoussé au 18 mars à la demande de l'avocat d'Amara Abdalla al Khatabi, après qu'il se soit vu accorder la permission par le juge d'accéder au dossier de son client et de lui rendre visite en prison dans les jours à venir.

Selon les médias libyens, Salah Marghani, le ministre de la Justice, a déclaré lors d'une conférence de presse le 4 mars qu'Amara Abdalla al Khatabi serait libéré sous caution.

Thème

Liberté d'expression 

Pays

Libye 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »