Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 décembre 2012

L'Arabie saoudite recourt à l'«apostasie» pour réprimer les débats

L'Arabie saoudite recourt à l'«apostasie» pour réprimer les débats
La police religieuse saoudienne s’est offusquée de certains articles publiés sur le site de Raif Badawi.

La police religieuse saoudienne s’est offusquée de certains articles publiés sur le site de Raif Badawi.

© ActiveSteve


Même en Arabie saoudite, où la répression règne, il est consternant de requérir la peine capitale à l’encontre d’un militant dont le seul « crime » est d’avoir favorisé le débat social en ligne.
Source: 
Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International

Un tribunal saoudien a décidé de poursuivre la procédure engagée à l’encontre d’un militant en ligne pour « apostasie », infraction passible de la peine de mort, dans le cadre de ce qu’Amnesty International a qualifié de nouvelle tentative de répression du débat politique et social dans le pays.

Après qu’un tribunal de district lui a confié cette affaire le 17 décembre, le tribunal général de Djedda a fait signer le 22 décembre à Raif Badawi, âgé de 25 ans, des documents lui permettant de poursuivre le procès pour apostasie visant cet homme.

Fondateur du site de promotion du débat politique et social « Les Libéraux saoudiens », Raif Badawi est détenu depuis juin 2012 pour avoir « fondé un site Internet nuisant à la sécurité générale » et ridiculisé des figures religieuses de l’islam, entre autres chefs d’accusation. Amnesty International considère Raif Badawi comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression.

« Même en Arabie saoudite, où la répression règne, il est consternant de requérir la peine capitale à l’encontre d’un militant dont le seul « crime » est d’avoir favorisé le débat social en ligne », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Les poursuites engagées à l’encontre de Raif Badawi pour "apostasie" ont visiblement pour objectif d’intimider cet homme et toute personne souhaitant lancer des débats ouverts à propos des problèmes que les Saoudiens rencontrent au quotidien. Raif Badawi est un prisonnier d’opinion qui doit être libéré immédiatement et sans condition. »

Le procès de Raif Badawi s’est ouvert en juin 2012 devant un tribunal de district de Djedda et a été entaché d’irrégularités.

Son avocat a expliqué que le juge chargé d’examiner l’affaire en première instance avait été remplacé par un autre juge qui avait demandé auparavant que Raif Badawi soit sanctionné pour apostasie, et qu’il a donc contesté l’impartialité de ce juge.

Les charges retenues contre Raif Badawi sont liées à plusieurs articles qu’il a publiés, dont un au sujet de la Saint-Valentin, dont la célébration est interdite en Arabie saoudite.

Raif Badawi a été accusé d’avoir tourné en dérision la Commission saoudienne pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, également appelée « police religieuse », dans la conclusion de son article : « Nous nous félicitons que la Commission pour la promotion de la vertu nous enseigne la vertu et qu’elle se soucie autant que tous les Saoudiens aillent au paradis. »

Raif Badawi est également accusé de ne pas avoir retiré des articles publiés par des tiers sur son site, notamment un texte insinuant que l’université de l’imam Mohamed ibn Saud était devenue un « nid à terroristes ».

« Même si les articles postés sur le site de Raif Badawi comprenaient des références à des personnes ou des institutions que certains ont pu trouver offensantes, rien ne peut justifier d’inculper cet homme d’infractions passibles d’emprisonnement ou de mort », a déclaré Philip Luther.

« Les autorités saoudiennes doivent cesser de se montrer intolérantes envers les personnes qui exercent pacifiquement leur droit légitime à la liberté d’expression. »

Campagnes

En finir avec la peine de mort 

Thème

Militants 
Peine de mort 
Liberté d'expression 
Prisonniers d'opinion 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Arabie saoudite 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Suivre #DeathPenalty @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »