Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

20 août 2013

Les autorités syriennes déterminées à faire taire les militants en usant d’accusations fallacieuses de « terrorisme »

Les autorités syriennes déterminées à faire taire les militants en usant d’accusations fallacieuses de « terrorisme »
Des militants du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression doivent être présentés devant le tribunal antiterroriste de Damas.

Des militants du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression doivent être présentés devant le tribunal antiterroriste de Damas.

© DR


Le gouvernement syrien ne doit pas invoquer sa loi relative au terrorisme, dont la portée est trop large, pour punir des militants des droits humains pacifiques d’avoir mené à bien leurs activités légitimes. Il doit abandonner toutes les charges retenues contre eux, et relâcher immédiatement et sans condition Mazen Darwish, Hussein Gharir et Hani al Zitani.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International

Le procès de cinq militants pacifiques pour « terrorisme » qui doit s’ouvrir mercredi 21 août en Syrie témoigne une fois encore de la répression croissante et systématique exercée contre toute personne qui dénonce des violations des droits humains, a déclaré Amnesty International.

Mazen Darwish, Hussein Gharir, Hani al Zitani, Mansour al Omari et Abd al Rahman Hamada, membres du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), doivent être présentés devant le tribunal antiterroriste de Damas mercredi 21 août.

« Le gouvernement syrien ne doit pas invoquer sa loi relative au terrorisme, dont la portée est trop large, pour punir des militants des droits humains pacifiques d’avoir mené à bien leurs activités légitimes. Il doit abandonner toutes les charges retenues contre eux, et relâcher immédiatement et sans condition Mazen Darwish, Hussein Gharir et Hani al Zitani », a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Mazen Darwish, Hussein Gharir et Hani al Zitani sont maintenus en détention, alors que Mansour al Omari et Abd al Rahman Hamada ont bénéficié d’une libération conditionnelle en février de cette année, mais sont toujours en instance de jugement.

Lors du procès, le juge décidera de confirmer ou non les chefs d’inculpation retenus contre ces hommes par les services de renseignement de l’armée de l’air syrienne et de poursuivre ou non la procédure.

Les cinq hommes ont été inculpés en février de cette année de « diffusion d’informations sur des actes terroristes » aux termes de l’article 8 de la Loi antiterroriste, promulguée par le président Bachar el Assad en 2012. Ce texte a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de groupes de défense des droits humains en raison de la définition bien trop large de la notion de « terrorisme » qu’il contient.

L’acte d’inculpation émis à leur encontre mentionne plusieurs activités dont la publication d’études sur la situation des droits humains en Syrie et le recensement des noms des personnes détenues, disparues ou tuées lors des troubles dans le pays.

Tous encourent une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 ans s’ils sont reconnus coupables.

Arrêtés par les services de renseignement de l’armée de l’air syrienne il y a plus d’un an et demi, les militants ont été détenus dans des conditions s’apparentant à une disparition forcée pendant plusieurs mois.

Amnesty International a appris que Hani al Zitani, Mansour al Omari et Abd al Rahman Hamada avaient été frappés à coups de fouet, de bâton et de matraque électrique au moment où ils prenaient leurs repas, tous les jours pendant trois mois, lorsqu’ils étaient aux mains de l’armée.

D’après les informations dont dispose Amnesty International, Mazen Darwish et Hussein Gharir ont eux aussi été torturés ou ont subi d’autres mauvais traitements.

« Les charges retenues contre ces militants bafouent de toute évidence le droit à la liberté d’expression. Nous sommes également extrêmement inquiets quant à leur bien-être physique et psychologique, étant donné le traitement qui leur a semble-t-il été infligé en détention et la durée de leur détention arbitraire », a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui.

D’après des informations reçues par Amnesty International, des militants et des militantes pacifiques, notamment politiques, sont jugés devant le tribunal antiterroriste, qui aurait été mis en place pour s’en prendre aux membres de l’opposition dans le pays.

Thème

Militants 
Liberté d'expression 

Pays

Syrie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »