Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 février 2012

Les propos des dirigeants tunisiens fragilisent les droits humains

Les propos des dirigeants tunisiens fragilisent les droits humains
Le ministre tunisien des Droits de l'homme, Samir Dilou, a été appelé à revenir sur ses propos homophobes.

Le ministre tunisien des Droits de l'homme, Samir Dilou, a été appelé à revenir sur ses propos homophobes.

© Amnesty International


Ces commentaires sont extrêmement décevants, en particulier venant de la personne même qui devrait veiller à la protection des droits humains de tous les Tunisiens.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

Amnesty International a écrit au ministre tunisien des Droits de l'homme pour lui exprimer son inquiétude concernant les propos qu'il a tenus sur l'homosexualité lors d'une interview télévisée au début du mois de février 2012.

Dans une lettre en date du 23 février, l'organisation a exhorté Samir Dilou, ministre des Droits de l'homme et de la Justice de transition, à revenir sur ses propos du 4 février, dans lesquels il déclarait que l'homosexualité n'était pas un droit humain et était une perversion qui nécessitait un traitement médical.

Répondant à des questions sur la naissance d'un magazine gay en Tunisie, Samir Dilou a aussi affirmé que « la liberté d'expression a ses limites. Ils [les gays, les lesbiennes et les personnes bisexuelles] ne doivent pas franchir la ligne rouge fixée par notre culture, notre religion et notre civilisation. »

« Ces commentaires sont extrêmement décevants, en particulier venant de la personne même qui devrait veiller à la protection des droits humains de tous les Tunisiens », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Ce ne sont pas là que des mots. Cautionner la discrimination pour des motifs liés à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre revient à donner le feu vert aux violations les plus graves des droits humains. »

« Le ministre doit revenir sur ses déclarations et défendre clairement les droits fondamentaux de tous les Tunisiens. »

Dans sa lettre, Amnesty International souligne que cela fait plusieurs dizaines d'années que l'homosexualité n'est plus considérée comme une maladie ni une « perversion » par les organisations et associations médicales internationales.

L'Organisation mondiale de la santé l'a officiellement retirée de sa Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes en 1990, et elle ne figure plus dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux depuis 1973.

Des études ont montré que les commentaires homophobes tenus par des dirigeants et des gouvernements avaient des retombées sur l'opinion publique et pouvaient amener les gens à penser que la discrimination, l'intimidation et les attaques à l'égard des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles étaient acceptables.

Amnesty International a souligné que ce n'était pas la première fois ces derniers mois que des membres de la nouvelle élite politique tunisienne faisaient des déclarations fragilisant les droits humains.

Ainsi, le 23 janvier 2012, Sadok Chourou, député du parti Ennahda (Renaissance) – qui a remporté une majorité de sièges à l'Assemblée constituante du pays – a tenu au Parlement un discours dans lequel il justifiait le recours à la violence contre les manifestants, affirmant que le Coran permettait de tuer, de crucifier ou d'amputer des mains ou des pieds ceux qui sèment le « désordre sur la terre ».

Le 9 novembre 2011, un autre député d'Ennahda, Souad Abderrahim, a pour sa part déclaré à la radio que l'État ne devait pas aider les mères célibataires car leur comportement n'était pas conforme à la culture tunisienne et ne devait pas être encouragé.

Ce courrier d'Amnesty International intervient à l'heure où les autorités tunisiennes sont soumises à une pression croissante leur demandant de montrer la voie en matière de droits humains.

Mi-février, la visite en Tunisie de Wajdi Ghoneim, éminent prédicateur égyptien connu pour ses prises de position favorables aux mutilations génitale féminines (MGF), a suscité une vaste controverse et a conduit la ministre tunisienne des Affaires de la femme à dénoncer publiquement cette pratique.

« Nous saluons le fait qu'une ministre ait pris fermement position contre la pratique des MGF », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui.

« Malheureusement, de telles déclarations sont réduites à néant par d'autres qui cautionnent les violations des droits humains. »

« En tenant ce type de discours à propos de groupes vulnérables ou marginalisés ou des contestataires, les membres de l'élite politique tunisienne fragilisent les droits humains et ouvrent clairement la voie à leur violation. »

« Les autorités tunisiennes ne doivent pas se contenter de manifester un attachement de pure forme aux droits humains, mais être réellement moteurs dans leur protection. »

Thème

Liberté d'expression 
Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 
Orientation sexuelle et identité de genre  

Pays

Tunisie 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »