Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

10 février 2012

Haïti : il faut de toute urgence un plan pour mettre fin à la pénurie de logements

Haïti : il faut de toute urgence un plan pour mettre fin à la pénurie de logements
Plus de deux ans après le séisme qui a ravagé Haïti, 500 000 personnes vivent toujours dans des camps de fortune.

Plus de deux ans après le séisme qui a ravagé Haïti, 500 000 personnes vivent toujours dans des camps de fortune.

© Amnesty International


Si rien n'est fait pour améliorer les conditions de vie des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui vivent dans des camps de fortune en Haïti, le risque est à craindre que d'autres tragédies comme celle-ci ne se produisent.
Source: 
Javier Zuñiga, conseiller spécial d'Amnesty International

Les autorités haïtiennes doivent immédiatement élaborer et mettre en œuvre un plan pour résoudre la grave crise du logement que connaît le pays, a déclaré Amnesty International vendredi 10 février alors qu'une enfant est morte dans un incendie qui s'est déclaré dans un camp hébergeant des survivants du tremblement de terre de 2010.

Selon des informations émanant des autorités locales et du groupe de défense des droits humains GARR, une fillette de trois ans est morte et trois autres personnes ont été grièvement blessées mercredi matin lorsque le feu a pris, par accident, dans le camp de l'école République d'Argentine, dans le quartier de Carrefour Péan à Port-au-Prince.

Ce camp d'hébergement abrite 700 familles.

« Ce terrible incendie qui a coûté la vie à une enfant à Carrefour Péan est une tragédie que nous redoutions depuis longtemps », a déclaré Javier Zuñiga, conseiller spécial d'Amnesty International.

Des spécialistes d'Amnesty International s'étaient rendus en Haïti en septembre 2011 pour examiner les conditions de vie des Haïtiens dans les centaines de camps installés après le séisme de 2010. On estime à environ un demi-million le nombre de personnes qui vivent encore dans ces camps, souvent sous la menace d'une expulsion forcée.

Ces camps sont surpeuplés, les conditions sanitaires y sont mauvaises et il y a un manque d'eau potable qui contribue à la propagation des maladies. Du fait de l'insécurité qui y règne, des femmes et des jeunes filles y ont été victimes de violences sexuelles.   

« Peu de choses ont été faites depuis le séisme pour résoudre ce qui est considéré par les Haïtiens comme l'un de leurs principaux problèmes : la pénurie de logements », a déclaré Javier Zúñiga.

« Si rien n'est fait pour améliorer les conditions de vie des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui vivent dans des camps de fortune en Haïti, le risque est à craindre que d'autres tragédies comme celle-ci ne se produisent. »

Thème

Exigeons la dignité 
Droits économiques, sociaux et culturels 
Pauvreté 

Pays

Haïti 

Région ou pays

Amériques 

Campagnes

Exigeons la dignité 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »