Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

8 mai 2013

Zambie. Deux hommes inculpés parce qu'ils auraient eu des relations homosexuelles doivent être libérés

Zambie. Deux hommes inculpés parce qu'ils auraient eu des relations homosexuelles doivent être libérés
Le militant Paul Kasonkomona avait été arrêté en avril pour avoir défendu à la télévision les droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées.

Le militant Paul Kasonkomona avait été arrêté en avril pour avoir défendu à la télévision les droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées.

© Joseph Mwenda/AFP/Getty Images


L’arrestation de ces deux hommes au seul motif de leur orientation sexuelle réelle ou présumée s’apparente à de la discrimination et constitue une atteinte à leurs droits à la liberté de conscience et d’expression, ainsi qu’au droit à la vie privée.
Source: 
Simeon Mawanza, chercheur sur la Zambie pour Amnesty International.
Date: 
Me, 08/05/2013

Les autorités de Zambie doivent immédiatement libérer deux jeunes hommes, arrêtés parce qu'ils auraient eu des relations sexuelles « contre nature » et dont la mise en liberté sous caution a été refusée, a déclaré Amnesty International.

Selon les médias nationaux, la police de Kapiri Mposhi, dans le centre de la Zambie, aurait arrêté Phil Mubiana et James Mwansa, âgés tous deux de 21 ans, au village de Ndeke lundi 6 mai.

Selon certaines sources, un voisin aurait dénoncé les deux hommes à la police, qui les aurait arrêtés. Il s'agit de leur deuxième arrestation pour le même motif. Les relations homosexuelles sont considérées comme une infraction aux termes du Code pénal zambien.

« L’arrestation de ces deux hommes au seul motif de leur orientation sexuelle réelle ou présumée s’apparente à de la discrimination et constitue une atteinte à leurs droits à la liberté de conscience et d’expression, ainsi qu’au droit à la vie privée. Les lois érigeant en infractions l’homosexualité et l’identité de genre criminalisent l’exercice légitime de ces droits fondamentaux, qui sont protégés par des traités ratifiés par la Zambie, en particulier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples », a déclaré Simeon Mawanza, chercheur sur la Zambie pour Amnesty International.

Selon les informations dont dispose Amnesty International, les deux hommes seraient pratiquement illettrés et n'auraient qu'une compréhension limitée du système judiciaire zambien et de leurs droits. Les autorités auraient fait subir aux deux hommes des examens rectaux sans leur consentement et pourraient les avoir contraints à faire des « aveux » pour accélérer la procédure judiciaire.

« Les examens rectaux pratiqués pour « prouver » l'existence d'une relation homosexuelle sont invalides d'un point de vue scientifique. D'autre part, s'ils ont été pratiqués sans le consentement des personnes, il s'agit d'une infraction à l'interdiction absolue de la torture et de toute autre forme de traitement ou châtiment cruel, inhumain ou dégradant, inscrite dans le droit international », a ajouté Simeon Mawanza.

« Il s’agit dans tous les cas d’une procédure extrêmement invasive, violente et profondément humiliante. En outre, les médecins réalisant ce genre d’examen en l’absence de consentement enfreignent leurs obligations en matière d'éthique envers les personnes qu'ils examinent. Toute personne soumise à ce type de sévices doit pouvoir bénéficier d'un recours et être protégée contre de nouvelles violences. »

Les deux hommes auraient été arrêtés une première fois le 25 avril 2013 et placés en détention au poste de police de Kapiri Mposhi avant d'être libérés sous caution le 2 mai.

Depuis leur nouvelle arrestation le 6 mai, ils n'ont pas encore consulté d'avocat et ont plaidé non coupables des charges retenues contre eux. Ils sont détenus au centre de détention provisoire de Mpima et leur procès est prévu pour le 22 mai.

On pense qu'ils ont été maintenus en détention dans une cellule surpeuplée à Kapiri Mposhi et qu'ils ont été privés de nourriture et d'eau pendant une douzaine d'heures.

« Amnesty International considère comme des prisonniers d’opinion les personnes incarcérées uniquement pour avoir eu des relations sexuelles entre adultes consentants en privé, et demande leur libération immédiate et sans condition », a souligné Simeon Mawanza.

Il s'agit de la seconde affaire récente dans laquelle les autorités zambiennes ont procédé à des arrestations dans le but de réprimer les minorités sexuelles et leurs défenseurs.

En avril, un militant des droits humains avait été arrêté après avoir défendu à la télévision les droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées. Il a par la suite été libéré sous caution.

Thème

Militants 
Détention 
Discrimination 
Orientation sexuelle et identité de genre  
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Zambie 

Région ou pays

Afrique 

Suivre #LGBTI @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 avril 2014

Une vue d'ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Pour en savoir plus »
04 mars 2014

Quand Brent Miller a été tué dans la prison de Louisiane où il travaillait, ni Teenie, son épouse, ni ses autres proches ne s’imaginaient qu’ils se retrouveraient mêlés à une... Pour en savoir plus »

27 mars 2014

Les tribunaux japonais ont enfin entendu raison et ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un prisonnier qui a passé plus de 40 ans... Pour en savoir plus »

08 avril 2014

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est... Pour en savoir plus »

14 avril 2014

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression imposées en cette période préélectorale en Algérie font apparaître des failles choquantes dans le bilan global des droits... Pour en savoir plus »