Qatar
Chef de l’État
Hamad bin Khalifa al Thani
Chef du gouvernement
Hamad bin Jassem bin Jaber al Thani
Peine de mort
maintenue
Population
1,9 million
Espérance de vie
78,4 ans
Mortalité des moins de cinq ans
10,8 ‰
Taux d’alphabétisation des adultes
94,7 %

Deux hommes ont été arrêtés, apparemment parce qu’ils étaient soupçonnés d’être des détracteurs du gouvernement ; l’un d’eux aurait été torturé. Les travailleurs migrants étaient exploités et maltraités et ils ne bénéficiaient pas d’une protection juridique suffisante. Six personnes, peut-être plus, ont été condamnées à des peines de flagellation. Des condamnations à mort ont été prononcées contre au moins trois hommes ; aucune exécution n’a eu lieu.

Contexte

Bien que des appels à manifester aient été lancés sur Facebook en février et en mars, le Qatar n’a pas connu de manifestations antigouvernementales semblables à celles d’autres pays de la région.

Des élections municipales ont eu lieu en mai. En novembre, le gouvernement s’est engagé à organiser en 2013 les premières élections au Conseil consultatif, reportées depuis 2008.

Une loi prohibant la traite des personnes a été adoptée en octobre. D’autres textes législatifs étaient apparemment en cours d’examen, notamment la Loi de 2002 relative à la protection de la société qui permet de maintenir une personne en détention jusqu’à six mois avant toute inculpation.

Top of page

Liberté d’expression

Au moins deux hommes ont été arrêtés, apparemment parce qu’ils étaient soupçonnés d’être des détracteurs du gouvernement, et deux autres personnes ont été emprisonnées pour blasphème. Au moins 46 personnes, des étrangers pour la plupart, ont été déclarées coupables de « relations sexuelles illicites » ; elles ont été soit expulsées soit condamnées à une peine d’emprisonnement suivie dans certains cas de leur expulsion.

  • Salem al Khawari, un fonctionnaire arrêté le 7 février, a été maintenu en détention sans inculpation jusqu’au 18 octobre. Il n’a pas été autorisé à recevoir la visite de sa famille pendant trois mois. Au cours de cette période, il aurait été contraint de rester debout jusqu’à 15 heures par jour, privé de sommeil et battu. Les autorités n’ont pas révélé le motif de sa détention et aucune enquête ne semble avoir été menée sur les sévices qui lui auraient été infligés.
  • Sultan al Khalaifi, blogueur et fondateur d’une organisation locale de défense des droits humains, a été arrêté le 2 mars par des agents de la sûreté de l’État en civil, qui ont également perquisitionné à son domicile. Il a été maintenu au secret pendant une semaine, puis remis en liberté le 1er avril sans avoir été inculpé.
  • Un Qatarien de 41 ans déclaré coupable de blasphème par un tribunal de Doha aurait été condamné en février à une peine de cinq ans d’emprisonnement.
Top of page

Droits des migrants

Les travailleurs étrangers, qui constituaient plus de 80 % de la population du Qatar et étaient pour la plupart originaires d’Asie du Sud et du Sud-Est, n’étaient pas suffisamment protégés par la loi. Ils continuaient d’être exploités et maltraités par leurs employeurs. En mai, la Confédération syndicale internationale (CSI) a dénoncé les conditions de travail au Qatar, en particulier celles des employées de maison et des hommes employés sur les chantiers de construction des infrastructures pour la Coupe du monde de football de 2022, et elle a réclamé des améliorations importantes.

Top of page

Discrimination – refus de la nationalité

Cette année encore, le gouvernement a refusé la nationalité qatarienne à une centaine de personnes qui appartenaient, pour la plupart, à la tribu Al Murra accusée d’être à l’origine d’une tentative de coup d’État en 1996. Les personnes privées de leur nationalité rencontraient des difficultés : elles ne pouvaient pas trouver un emploi, ni bénéficier de la sécurité sociale et de soins médicaux ni obtenir un passeport qatarien. Elles n’avaient accès à aucune voie de recours en justice.

Top of page

Châtiments cruels, inhumains ou dégradants

Six personnes au moins, toutes de nationalité étrangère, ont été condamnées pour consommation d’alcool ou « relations sexuelles illicites » à des peines de soit 40, soit 100 coups de fouet . Ces peines ne pouvaient être infligées qu’aux musulmans jugés aptes médicalement. On ignorait si elles avaient été appliquées.

Top of page

Peine de mort

Trois sentences capitales au moins ont été prononcées. Dix-neuf prisonniers, peut-être plus, dont au moins six personnes condamnées en 2001 pour leur participation à la tentative de coup d’État de 1996, étaient semble-t-il sous le coup d’une condamnation à mort à la fin de l’année. Aucune exécution n’a été signalée.

Top of page
World regions Midde East and North Africa Asie-Pacifique Europe et Asie centrale Afrique Amériques

Le rapport, pays par pays

Afrique

Les mouvements populaires qui ont déferlé en Afrique du Nord ont trouvé un écho chez les populations d'Afrique su ...

Amériques

Le 11 août 2011, la juge Patrícia Acioli est morte devant son domicile, à Niterói, dans l’État de Rio de Ja ...

Asie-Pacifique

Sentant le vent du changement politique souffler depuis le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, plusieurs gouv ...

Europe et Asie centrale

La cavale de l’un des hommes les plus recherchés d’Europe s’est terminée par un matin de prin ...

Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’année 2011 a été particulièrement riche en événements pour les peuples et les État ...

Amnesty International sur les réseaux sociaux

Rapports

Aucun document disponible

Visites

Aucune information disponible sur des visites