Japon

Dans le cadre de l'examen périodique universel, Amnesty International adresse au Japon les recommandations suivantes :

Peine de mort

  • Instaurer un moratoire officiel sur les exécutions, première étape en vue de l'abolition de la peine capitale.

Système carcéral des daiyo kangoku

  • Prendre des dispositions pour abolir le système des daiyo kangoku ou pour le mettre en conformité avec les normes internationales, et mettre immédiatement en place des garanties, en donnant entre autres des instructions explicites pour que les détenus aient accès dans les meilleurs délais et sans entrave à un avocat et pour que tous les interrogatoires soient enregistrés avec des moyens électroniques.

Droits des femmes

  • Admettre entièrement la responsabilité du Japon dans la mise en place et l'exploitation du système dit des « femmes de réconfort » et présenter des excuses sans réserve, sous une forme acceptable pour la majorité des femmes concernées, reconnaissant publiquement le tort causé à ces dernières et permettant de rendre la dignité aux survivantes, notamment en leur accordant une indemnisation appropriée.

Législation antiterroriste

  • Revoir la législation antiterroriste, afin de la mettre en conformité avec les normes internationales, notamment en mettant en place des mécanismes permettant aux personnes inscrites sur la « liste des individus à surveiller » de faire appel de cette mesure.

Demandeurs d'asile

  • Revoir la Loi sur le contrôle de l'immigration et la reconnaissance du statut de réfugié, dans le souci d'interdire le renvoi de personnes vers des pays où elles risquent la torture ou d'autres mauvais traitements.

Ratification et mise en œuvre des traités internationaux relatifs aux droits humains

  • Signer et ratifier le premier Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ainsi que le Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants [ONU].
  • Mettre en œuvre, de toute urgence, les recommandations des organes de suivi des traités relatifs aux droits humains des Nations unies, en veillant notamment à ce que des lois appropriées soient élaborées et appliquées au niveau national.

READ MORE