Corée du Sud

Dans le cadre de l'examen périodique universel, Amnesty International adresse à la Corée du Sud les recommandations suivantes :

Droits des travailleurs migrants

  • Garantir les droits fondamentaux des travailleurs migrants, y compris les travailleurs clandestins, qui ne doivent pas être soumis à de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ne peuvent pas être placés arbitrairement en détention ou expulsés en dehors de toute procédure légale, ne doivent pas êtres victimes d'atteintes à leurs droits économiques, sociaux et culturels et dont les droits à former des syndicats doivent être respectés.
  • Prendre des mesures pour que les droits de toutes les travailleuses immigrées soient respectés et garantis, et pour qu'elles ne puissent pas être victimes de pratiques discriminatoires et autres abus sur leur lieu de travail (violences ou discriminations sexuelles ou, plus généralement, à caractère sexiste, etc.).
  • Ratifier et mettre en œuvre la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, ainsi que les Conventions de l'OIT pertinentes, notamment les quatre Conventions fondamentales mises en avant par la Corée du Sud dans sa profession de foi, juste avant d'être élu membre du Conseil des droits de l'homme : Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (n°87), Convention sur le droit d'organisation et de négociation collective (n°98), Convention sur le travail forcé (n°29) et Convention sur l'abolition du travail forcé (n°105).
  • Ratifier en outre et mettre en œuvre la Convention sur les travailleurs migrants (n°97) et la Convention sur les travailleurs migrants (dispositions complémentaires) (n°143).

Peine de mort

  • Décréter un moratoire officiel sur les exécutions, dans la perspective de l'abolition de la peine capitale, et hâter l'adoption par l'Assemblée nationale du projet de loi spécial prévoyant cette abolition.

Centres de détention

  • Veiller à ce que les conditions de vie dans les centres de détention soient conformes aux normes internationales.

Ratification et annulation de réservations

  • Ratifier le Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
  • Assumer intégralement l'obligation prévue à l'article 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant le droit à la liberté d'association, en renonçant à la réservation formulée au titre de celui-ci, afin que ce droit important soit garanti dans la législation nationale.

Loi relative à la sécurité nationale

  • Prendre des mesures concrètes pour abroger la Loi relative à la sécurité nationale, ou la modifier afin de la mettre en conformité avec les normes internationales régissant le droit pénal, dont les dispositions doivent être clairement formulées, et garantissant la liberté d'expression et d'association.

POUR EN SAVOIR PLUS